Aller au contenu principal

Apprendre à mieux nous connaître à la Chambre

Lundi 1er juillet 2019, c’est au sein d’une exploitation que les collaborateurs de la Chambre d’agriculture et les élus du centre manche se sont retrouvés pour mieux se connaître et partager les ambitions portées à la fois à l’échelle locale mais aussi régionale.

Les élus ont livré leurs ambitions locales et régionales pour le territoire et les collaborateurs leurs attentes. Une  change intéressant et convivial. Une formule à renouveler.
Les élus ont livré leurs ambitions locales et régionales pour le territoire et les collaborateurs leurs attentes. Une change intéressant et convivial. Une formule à renouveler.
© SB

« Le mandat d’élus à la chambre d’agriculture est comme une course de fond », a débuté François Rihouet, secrétaire adjoint à la chambre d’agriculture de la Manche. Une course de fond qui conduit à la fois des élus et les collaborateurs à travailler main dans la main en direction de tous les agriculteurs du territoire. Alors de manière conviviale, une rencontre a été organisée lundi 1er juillet 2019 pour apprendre à mieux se connaître, exprimer ses interrogations ou ses attentes, partager les missions et les actualités du moment. « Il s’agit pour nous d’être en phase avec le terrain, de donner du sens au rôle de l’élu et d’accompagner les collaborateurs dans leur mission », débute Marc Lecoustey, secrétaire général et en charge du groupe territorial du centre Manche. Tour à tour, les collaborateurs emmenés par Anita Durand, responsable de l’antenne Bocage, ont indiqué leurs missions, leurs projets sur le territoire et les élus les domaines dans lesquels ils étaient impliqués.

Des défis en commun

Un des premiers sujets concernait à la fois les agriculteurs bio et en conventionnel, tous impliqués dans des groupes désirant travailler sur l’énergie et plus précisément le carbone. « C’est un moyen de faire avancer les agriculteurs, améliorer leurs pratiques », explique Caroline Tostain, conseillère en agriculture biologique. De l’autre côté, le GIEE énergie s’intéresse à la séquestration du carbone grâce aux haies, aux prairies... « Tout en gardant nos spécificités, nous avons des défis à relever en commun », précise Francois Rihouet, et comme le souligne Remi Bailhache, aujourd’hui membre associé à la chambre d’agriculture.

Être reconnu comme force de propositions

Au sein des échanges, la place de la chambre consulaire sur le territoire. Elle répond à un certain nombre d’appels d’offres. Parfois, elle est retenue, parfois ce n’est pas le cas. « Nous ne pouvons pas l’être tout le temps mais nous avons des compétences à faire valoir sur le territoire, auprès des élus des collectivités et notamment auprès des présidents de communautés de communes », reconnaissent les élus comme les collaborateurs. « Il s’agit d’être considéré comme une force de propositions, d’avancer à la fois sur le plan technique et politique, de former un bon binôme élus/collaborateurs », poursuit Remi Bailhache.
C’est le cas pour le diagnostic agricole des PLUI (plan local d’urbanisme intercommunal) mais aussi le PAT (projet agroalimentaire territorial)....Les échanges ont été nourris par la richesse et la diversité de l’activité et de l’actualité. A l’image de Nathalie Dilly, conseillère agro/production végétale, les collaborateurs ont besoin que « les élus fassent remonter les attentes des agriculteurs de leur secteur, de nous dire les besoins à moyen et longs termes afin de mieux répondre aux futurs enjeux. »

Faire vivre les antennes

Le message est entendu par les responsables de l’antenne. «Nous avons la chance d’être sur un territoire dynamique. À nous de continuer à le faire vivre et à avoir du lien entre les élus et les collaborateurs de manière à vivre notre engagement en tant qu’élu et à nourrir vos missions en tant que collaborateur », a conclu François Rihouet.

Groupes. Un groupe bio est en émergence afin d’accompagner de manière collective ceux qui ont engagé et terminé une conversion. Un groupe culture production végétale est aussi en réflexion.

Portes ouvertes. Le 12 juillet avec LVES à Sainteny, le 5 septembre sur l’e-agriculture en partenariat avec la Chambre régionale d’agriculture, la ferme expérimentale de la Blanche maison, le pole TES, en novembre à Torigni-sur-Vire avec le service bâtiment sur l’organisation du travail et le bien être animal. Rendez-vous de l’installation le 29 novembre.

Divers. Implication dans le contrat de transition écologique de Coutances mer et bocage (CMB), dans le PLUI de Saint-Lo Agglo et CMB, dans le PCAET (plan climat air énergie territorial) des deux collectivités, dans le PAT ( projets alimentaires territoriaux) de la CMB, présence à la foire de Lessay...

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité