Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Après 10 ans de combat juridique : une affaire vraiment empoisonnée

Il y a 10 ans, le troupeau d’Yves Guillouet (éleveur à Culey-le-Patry-14) était décimé par un empoisonnement au plomb. La justice lui a rendu raison en condamnant le fabricant d’aliments et le transporteur. Mais Yves attend toujours...

Autour d’Yves Guillouet, Christophe Macé, Xavier Hay, Daniel Courval et Loic Bailleul (FDSEA du Calvados). «S’il n’y avait pas eu toute cette solidarité, j’aurais mis la clé sous la porte », précise Yves.
Autour d’Yves Guillouet, Christophe Macé, Xavier Hay, Daniel Courval et Loic Bailleul (FDSEA du Calvados). «S’il n’y avait pas eu toute cette solidarité, j’aurais mis la clé sous la porte », précise Yves.
© TG

llll L’histoire remonte au 15 août 2008. Yves Guillouet, producteur de lait à Culey-le-Patry (14), retrouve ce matin-là une première vache morte. Puis, la totalité du troupeau est décimée en quelques jours. Verdict : un empoisonnement au plomb. Empoisonnement accidentel dû cependant à une grave négligence d’un transporteur et d’un fabricant de drèche de brasserie. Une benne de camion mal lavée et des résidus de batterie de voiture (mine de plomb) qui se retrouvent dans l’aliment vaches laitières. Les faits sont établis et non contestés.

9 ans de combats juridiques et de procédures
Il a fallu 9 ans de combats juridiques et de procédures de la part de l’éleveur, soutenu par le syndicalisme et les OPA (Organisation Professionnelle Agricole) pour voir enfin la société de transport et le marchand d’aliments condamnés. Il restait aux responsables des deux entreprises à régler à l’éleveur les indemnisations des dommages et du préjudice moral. Mais certains savent retarder les échéances.
Pire encore, la justice n’impose aucun paiement immédiat et c’est à Yves de remettre le couvert et entamer des procédures de recouvrement forcément onéreuses. Dans une situation agricole compliquée où les éleveurs vivent leurs métiers sous grande tension, la FDSEA 14 ne pouvait accepter une telle indifférence qui amplifie la détresse morale et financière de leur collègue.
C’est pour dénoncer cette injustice qu’elle a organisé, samedi dernier, une conférence de presse à Culey-le-Patry.

Dans l’attente de 40 000 € d’indemnisation
« S’il n’y avait pas eu toute cette solidarité du syndicalisme agricole et des OPA (Organisation Professionnelle agricole), j’aurais mis depuis longtemps la clé sous la porte », affirme d’emblée Yves Guillouet. « Les fournisseurs ne me mettent pas le couteau sous la gorge mais, malgré l’arrêt définitif de la cour d’appel exécutoire depuis septembre dernier, j’attends toujours le solde des indemnisations ».
Ce solde, ce sont 40 000 € environ. «L’équivalent de quatre années de revenu agricole», tempête Daniel Courval. Le responsable « viande bovine » de la FDSEA  14 mouille la chemise sur cette affaire depuis le début «mais aujourd’hui, on ne sait plus quoi faire, on ne sait plus vers qui se tourner...» Samedi dernier, pour soutenir Yves, il était accompagné de Christophe Macé (président de la FDSEA du Calvados), Xavier Hay et Loïc Bailleul.

Un huissier de justice à 10 %
Pour obtenir gain de cause, Yves Guillouet peut toujours recouvrir les services d’un huissier de justice mais la procédure à un coût : 10 % des sommes en jeu. Bien évidemment, un 10 % que notre éleveur pourra se faire rembourser par la suite mais au prix de nouvelles procédures. « C’est le petit commerce de la justice », déplore Christophe Macé. En attendant, au lieu-dit « Le Carcanet » à Culey-le-Patry, c’est un projet de développement d’une entreprise qui traine depuis trop longtemps la savate, ou plutôt le sabot. La banque a suivi et fait preuve elle aussi de solidarité mais a besoin de lisibilité à court terme pour accompagner financièrement l’avenir. Yves ne demande que cela. Il aimerait aussi tourner la page pour passer à autre chose. La mine de plomb lui mine son quotidien depuis 10 ans. La justice a tranché mais son pas de temps n’est pas calé sur celui de l’économie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Maltot exauce le vœu de la ruralité
Maltot, pour ceux qui ne connaissent pas, c’est son château, sa MFR et son Bœuf en fête. La commune compte 1 095 habitants, se…
Publicité