Aller au contenu principal

Déléguer ses travaux à une ETA
Après avoir roulé, Régis fait rouler

Agriculteur à Soucé en Mayenne, Régis Angot a revendu son round-baller à son entrepreneur de travaux agricoles (ETA Herbaudeau de Céaucé-61) . Après avoir roulé, il fait rouler.

Régis Angot entouré de Loic Herbaudeau et Christian Besneux. “Plus de ficelle ou de filet à acheter, moins de fuel consommé, pas de dépannage ou de pièces de rechange à payer (...)”, justifie notre agriculteur. “Et en plus, pas de temps à y passer !”
Régis Angot entouré de Loic Herbaudeau et Christian Besneux. “Plus de ficelle ou de filet à acheter, moins de fuel consommé, pas de dépannage ou de pièces de rechange à payer (...)”, justifie notre agriculteur. “Et en plus, pas de temps à y passer !”
© TG

Le round-baller, c’est de la mécanique de précision très sollicitée. Il faut l’entretenir en saison et le réviser sous toutes ses coutures en hiver. Sinon, gare aux pannes dès le printemps, voire aux incendies durant l’été. Ce refrain, Régis Angot, en GAEC avec sa femme Sylvie et sa mère Suzanne, le connaît. Producteur de lait, bœufs et cidre à Soucé (53), il a eu son round et les pépins qui vont avec. Il ne remet pas en cause la fiabilité de la mécanique ou de telle ou telle marque mais l’horlogerie, “ce n’est pas mon fort”, reconnaît-il tout simplement. En panne l’an dernier, il a dû faire appel à l’entreprise pour rouler foin et paille. “Tu payes l’entreprise. Tu payes la réparation du round. Tu payes les annuités d’emprunts”. Trop, c’est trop . Régis a tranché radicalement la question en revendant cet hiver son round à son entrepreneur. A l’heure où la saison démarre, il ne regrette en rien son choix.

4 à 5 e/boule en moyenne
Il sait à quelques dizaines d’euros ce que lui coûtera la prestation de ses 1 200 boules : 4 à 5 e l’unité. Cher ? “Plus de ficelle ou de filet à acheter, moins de fuel consommé, pas de dépannage ou de pièces de rechange à payer (...), répond-il. “Et en plus, pas de temps à y passer”. Il attend bien sûr de son prestataire une qualité de service à la hauteur mais c’est justement le point fort des ETA. Loïc Herbaudeau et Christian Besneux, les deux patrons de l’ETA(1), connaissent les attentes de leurs clients. Ils disposent pour y répondre de toute la logistique : un personnel qualifié et disponible, du matériel entretenu et à la pointe de la technologie. C’est là que réside tout l’intérêt de faire faire plutôt que de faire. Des économies de temps et une plus grande sérénité sans plomber le compte d’exploitation. 

(1) L’entreprise Herbaudeau est membre d’EDT Normandie, association régionale
Entrepreneur Des Territoires.
50600 St-Hilaire-du-Harcouët
Tél 02 33 79 33 72
Fax. 02 33 79 33 77
www.edtnormandie.com

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité