Aller au contenu principal

Associé, salarié, délégation du travail
Après un gaec familial, quelle option ?

A 34 ans, Didider Cauquelin, installé à Poilley, non loin de Ducey, en gaec “mère-fils”, doit faire face à son avenir : bientôt son associée sera à la retraite; quelle solution pour l’exploitation ?

Cécile Vignaud (conseillère d'entreprise au ccam) et Didier Cauquelin, analyser l'exploitation pour choisir la meilleure option.
Cécile Vignaud (conseillère d'entreprise au ccam) et Didier Cauquelin, analyser l'exploitation pour choisir la meilleure option.
© E.C.
Ici, non seulement il y a du lait, mais aussi des bovins viande (génisses Label Rouge, Blonde d’Aquitaine) et un atelier veaux gras (issus du troupeau laitier). Inutile de dire que le travail ne manque pas pour didier, sa mère, mais aussi son père qui n’hésite pas à donner un coup de main. Tous les ateliers sont gérés avec rigueur, pour preuve les résultats au Contrôle Laitier : 92 00 kg de moyenne d’étable à 40 et 32. “Avec 2 UGB/ha, nous sommes en sytème intensif” souligne Didider Cauquelin Réflexion Problème, l’aide des parents ne sera pas éternel. Didier a donc décidé de réfléchir aux systèmes de substitution. Un associé ? “J’y ai pensé, mais si cela marche bien en famille, j’ai vu pas mal de gaec en “tiers” se dissoudre. Il faut avoir le même âge, la même optique de travail et une bonne répartition des tâches”. Et puis, Didider ne veut pas s’associer avec un exploitant se situant à 15 ou 20 kilomètres. “Ceci dit, je ne souhaite pas rester tout seul sur l’exploitation, c’est ingérable avec tout le travail à faire. Autre problématique, les parents ne veulent pas laisser leur fils, et c’est bien compréhensible, seul; mais notre jeune agriculteur souhaite que ses parents profitent de la retraite”. La réflexion est donc longue mais aussi constructive.Une vie après le travail “Pas de doute, il faut que l’on avance, j’ai encore à peu près deux ans pour mettre en place un autre système”. Les pistes ébauchés sont l’embauche d’un salarié d’exploitation ou encore la suppression d’ateliers. Didier ne veut pas faire comme tant d’autres : foncer puis se réveiller à 40 ou 45 ans en ayant vécu 24 h sur 24 pour et par l’agriculture. “Il y a une vie après le travail, c’est logique d’avoir des loisirs, c’est même souhaible lorsque l’on travaille 60 ha par semaine”. Avec l’aide de Cécile Vignaud, conseillère d'entreprise au CCAM, Didier Cauquelin “bosse” donc sur sa future organisation. “Il est important de demander conseil et d’avoir d’autres repères, car les éleveurs travaillent avec du vivant”. Autres solutions envisagées, l’installation d’un jeune agriculteur qui reprendrait la part du gaec laissé par Mme Cauquelin ou encore la délégation du travail du sol. “Quoiqu’il en soit, je me vois mal rester tout seul sur ma ferme, travailler à plusieurs dynamise une entreprise”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité