Aller au contenu principal

Culture
Assolements 2009 : des décisions à prendre

La moisson 2008 à peine engrangée, les réflexions sur l’assolement 2009 sont déjà dans les têtes. Les évolutions de la PAC sont à prendre en compte. Même si nous n’avons pas encore de textes officiels, des décisions sont déjà prises.

Toutes les exploitations qui reçoivent des primes devront exploiter au moins 3 cultures sur leur sole labourable
Toutes les exploitations qui reçoivent des primes devront exploiter au moins 3 cultures sur leur sole labourable
© DR

Pas de jachère obligatoire en 2009
La Commission Européenne, qui mène les débats à Bruxelles sur le ‘bilan de santé de la PAC », a déjà poussé un cocorico triomphateur début juillet. Elle a constaté que presque tous les États européens se prononcent en faveur de la disparition du dispositif de jachère obligatoire.
Ce dispositif avait été seulement suspendu en 2008, il sera donc supprimé à partir de 2009. Les DPU jachères deviendront des DPU normaux, tout en conservant leur valeur actuelle. Ces ex-DPU jachères pourront être activés sur n’importe quelle terre admissible de l’exploitation et pourront être cumulés avec des aides aux cultures.
Cela conduit à une simplification du système de déclaration de surfaces, mais cela nous prive d’un instrument de régulation des quantités, pour le jour où le marché céréalier redeviendra excédentaire.

3% de bandes enherbées, y compris les haies.
En 2009, les 3% de couvert environnemental (bandes enherbées) continueront à être obligatoire pour ceux qui déclarent plus de 16,11 hectares de céréales et maïs.
A partir de 2009, les surfaces en haies pourront être incluses dans ces 3%. Cela devrait alléger beaucoup cette contrainte en zone bocagère.

Diversité des labours : au moins 3 cultures
Jusqu’à maintenant les surfaces labourables des exploitations, dans le cadre de la conditionnalité, devaient comporter au moins 3 cultures ou seulement 2 « familles » de cultures.
Par souci de simplification, le Ministère a supprimé cette notion de 2 « familles ». Toutes les exploitations qui reçoivent des primes devront exploiter au moins 3 cultures sur leur sole labourable. A noter que cela va mettre en difficulté les éleveurs qui ne cultivent que du maïs et des prairies temporaires sur leurs labours, puisqu’il faut 3 cultures différentes. Ou ceux qui n’ont comme labour que maïs et blé et plus de prairies temporaires.
Deux solutions s’offrent à eux : introduire au moins 5% d’une autre culture, orge par exemple, ou couvrir tous les sols en hiver.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité