Aller au contenu principal

Désiré Guérin, président de la section “Structure” de la FDSEA du Calvados
Assumer ses responsabilités

Le SDDS (Schéma Directeur Départemental des Structures), outil qui fixe les priorités en terme de politique des structures, est en révision depuis 3 mois. Le dossier n’avance guère faute de combattants. Les explications de Désiré Guérin, responsable de cette commission à la FDSEA.

"Nous avons décidé, en bureau de la FDSEA, de ne pas prendre position dans l’élaboration du SDDS. C’est à l’URDAC majoritaire et à ses élus d’assumer ses responsabilités".
"Nous avons décidé, en bureau de la FDSEA, de ne pas prendre position dans l’élaboration du SDDS. C’est à l’URDAC majoritaire et à ses élus d’assumer ses responsabilités".
© TG

Cette modification du schéma des structures, vous la souhaitiez ?
Cela va en effet dans le bon sens. Ce schéma, modifié en son temps avec le soutien actif de la chambre d’Agriculture, se base sur des notions très théoriques comme la marge brute standard.
Elle ne reflète pas la réalité du revenu de l’agriculteur demandant l’autorisation d’exploiter. Nous sommes face à un système pervers qui va à l’encontre d’une structuration foncière cohérente.

Mais les décisions sont prises en concertation avec les professionnels agricoles ?
Deux problèmes se posent à ce niveau. En premeir lieu, force est de constater que l’administration fait ce qu’elle veut. Elle prend parfois des décisions contraires à l’avis émis par les professionnels. Second constat, l’URDAC - Coordination rurale, pourtant majoritaire dans notre département au vu des dernières élections professionnelles, pratique la politique de la chaise vide. Au cours des dernières réunions, on comptabilisait un représentant de l’URDAC, un de la Chambre d’Agriculture et cinq élus de la FDSEA. Ce qui me laisse penser que, là où il y a des coups à prendre, l’URDAC fuit ses obligations.

Quelle est votre position aujourd’hui ?
Nous avons décidé, en bureau de la FDSEA, de ne pas prendre position dans l’élaboration du SDDS. C’est à l’URDAC majoritaire et à ses élus d’assumer ses responsabilités.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité