Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Groupama
Assurance récoltes : subventionnée à 65 %

Bonne nouvelle pour l’assurance récoltes : la cotisation d’assurance va être, à partir de 2010, subventionnée à 65 % par les Pouvoirs Publics.

Bertrand Jacqueline : “assurer un hectare de blé d’une valeur de 1 000 e/h (rendement de 8 t à 125 e/t) revient à une cotisation nette de subvention de 5 e/h”.
Bertrand Jacqueline : “assurer un hectare de blé d’une valeur de 1 000 e/h (rendement de 8 t à 125 e/t) revient à une cotisation nette de subvention de 5 e/h”.
© DR

Un entretien avec Bertrand Jacqueline, responsable du Marché Agricole de Groupama Centre Manche.

L’environnement de l’assurance récoltes évolue encore pour 2010. Pouvez-vous nous en dire plus ?
En effet, les Pouvoirs Publics ont décidé de soutenir fortement les exploitants agricoles ayant souscrit un contrat Multirisque Climatique en leur faisant bénéficier d’une subvention de 65 %. Celle-ci est inscrite dans le cadre du budget européen de la Politique Agricole Commune.

C’est donc une forte incitation à souscrire ?
Oui, ce soutien financier, après je vous le rappelle la fin de l’intervention du Fonds National de Garantie des Calamités Agricoles pour les grandes cultures en 2009, incite fortement les agriculteurs à avoir la garantie « Climats ».
De fait, depuis quelques mois maintenant, à défaut de contrat d’assurance, aucune aide n’est désormais versée suite à un dégât climatique causé aux récoltes.
Ceci au nom du principe : on ne soutient plus les risques qui sont désormais  assurables.
Nous avons d’ailleurs encore trop d’exploitants agricoles, et plus particulièrement des éleveurs qui n’ont pas souscrit de garantie et, malheureusement pour eux, les épisodes de grêle de cette année, les confrontent à une dure réalité. Il est plus que nécessaire que chacun prenne conscience aujourd’hui du fait suivant : soit on s’assure, soit on s’assume totalement face aux aléas climatiques.

Pouvez-vous nous rappeler l’étendue des garanties proposées par l’assurance Multirisque Climatique?
Le contrat Climats de Groupama garantit les pertes de rendement, les frais de re-semis et les frais supplémentaires de récolte subis par les grandes cultures et le maïs, y compris ensilage, du fait des aléas climatiques suivants : la grêle, la sécheresse, les excès d’eau, le gel, la tempête, l’excès d’hygrométrie, l’excès de température, le coup de soleil, le tourbillon de chaleur, l’inondation, le vent de sable, le coup de soleil et le poids de la neige.
Pour le risque de grêle, nous proposons une garantie sans franchise ; pour les autres aléas (afin de pouvoir toucher la subvention des Pouvoirs Publics), nous respectons le cahier des charges en appliquant une franchise de 25 % par nature de récolte.

En terme de coût pour l’exploitant, à combien cela lui revient-il ?
Afin de vous donner un ordre d’idée, assurer un hectare de blé d’une valeur de 1 000 euros/hectare (rendement de 8 t à 125 euros la tonne) revient à une cotisation nette de subvention de 5 euros de l’hectare. Pour ce prix, du semis à la récolte, la culture bénéficie d’une couverture complète de 13 aléas garantis.

Comment faire pour souscrire au contrat Récolte ?
Rien de plus simple, il suffit au plus vite de remplir une déclaration d’assolement avec son chargé de clientèle dans laquelle nous retrouverons les surfaces, les natures de récolte, les rendements historiques et les prix à assurer. Ainsi, dès maintenant pour la récolte 2010, les cultures semées bénéficieront de la couverture climatique.

Et pour toucher les subventions, pouvez-nous nous indiquer comment les agriculteurs devront faire ?
Du fait désormais de l’intervention du budget européen qui permet au contrat Climats d’être subventionné à 65 %, le procédé change quelque peu (Ndrl : voir le parcours à suivre en encadré).

Pour terminer, pourriez-vous nous dresser un bilan de l’assurance Multirisque Climatique depuis son lancement ?
Groupama est aujourd’hui le premier assureur en Multirisque Climatique avec 95 % des contrats du marché. Sur le territoire français cela représente plus de 65 000 sociétaires assurés. Sur notre Caisse Régionale, Groupama Centre Manche, qui compte 8 départements (les 5 départements normands, l’Eure et Loir, la Mayenne et la Sarthe), nous avons passé le cap des 10 000 contrats. Ceci est un signe de fort développement, mais témoigne aussi qu’il nous reste encore des contrats à souscrire.
Concernant les sinistres maintenant, nous pouvons d’ores et déjà dire qu’entre 2005 et 2008, 425 millions d’euros d’indemnisation ont été versés à l’échelon national. Pour Groupama Centre Manche, cela représente 43 millions d’euros et tous nos départements sans exception sont touchés. Ceci prouve le bien fondé d’avoir un contrat Climats complet où que l’on se trouve et quelle que soit la filière de production.

Dernière question : quelles sont les perspectives d’avenir ?
Dans un premier temps, nous avons à faire connaître ou à rappeler à chaque exploitant agricole les mécanismes des nouveaux accompagnements de la part des Pouvoirs Publics. Chacun doit en être conscient pour ne pas mettre en péril la pérennité de son exploitation lors du prochain risque climatique.
Pour l’avenir, nous continuons à Groupama, en tant qu’Organisme Professionnel Agricole et leader de l’assurance agricole, à expérimenter l’assurance Prairie et l’assurance Revenu. Ceci traduit bien notre rôle et notre volonté d’accompagner au quotidien les évolutions du marché.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité