Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Assurer ses cultures contre les risques climatiques

L’aléa climatique constitue un risque redouté et désormais récurrent sur les exploitations. Il peut être couvert au travers de la multirisque climatique sur récolte (MRC) : une assurance subventionnée par les pouvoirs publics, qui apporte aux agriculteurs la sécurité économique dont ils ont besoin. On en parle avec Pascal Loiseau, directeur général de Groupama Centre Manche, premier assureur du monde agricole dans la région.

© GCM

En quelques mots, pouvez-vous nous présenter l'assurance multirisque climatique et ses avantages pour les agriculteurs.
L'assurance multirisque climatique est une sécurité économique pour les agriculteurs, car elle permet de protéger la perte de rendement suite à un aléa climatique. Chez Groupama Centre Manche, nous couvrons plus de 60 cultures et 15 aléas différents (sécheresse, excès d’eau, poids de la neige…). Il faut également savoir que ce contrat bénéficie d’un taux de subvention par l’état pouvant aller jusqu’à 65%.

Quels sont les critères pour l’octroi de cette subvention de 65%?
La première condition est d’assurer un minimum des 70% de la surface des cultures éligibles. La seconde d’opter pour le contrat dit « à la culture », qui prévoit une indemnisation en cas de perte de rendement d’au moins 30%, sous déduction d’une franchise de 25%. La prime est ensuite déterminée selon le rendement historique et le prix choisi par le sociétaire.

En pratique, comment les assurés doivent-ils procéder pour prétendre à la subvention ?
C'est très simple. Il suffit d'indiquer l’existence du contrat multirisque climatique sur les déclarations PAC, pour prétendre à l’attribution de la subvention. Il est possible d’ajuster les surfaces assurées pour être en conformité avec la déclaration PAC, et de déclarer les dernières cultures de printemps avant le 31 mai.

Est-il possible pour l'agriculteur d’avoir un contrat personnalisé, hors du cadre subventionné ?
Pour ajuster leur couverture de risques, les sociétaires peuvent souscrire des garanties complémentaires en rachetant leur franchise. Avec l’assurance multirisque climatique, les exploitants ont également la possibilité d’augmenter le rendement assuré de la culture : en allant jusqu’à 15% du rendement historique.

Quand un agriculteur est assuré en multirisque climatique, que doit-il faire en cas de sinistre ?
La première chose à faire, dès qu’un aléa survient, est de prévenir son assureur. Chez Groupama Centre Manche, une relation personnalisée est rapidement mise en place entre l’expert et l’exploitant agricole, notamment pour déterminer la perte au moment de la récolte. Nous indemnisons dans le mois qui suit la réception du rapport d’expert.

Un dernier mot pour les agriculteurs souhaitant mieux gérer leurs risques ?
La gestion des risques d’une exploitation agricole évolue en permanence. Il est donc important d’être bien conseillé. Nos spécialistes agricoles sont à la disposition des agriculteurs pour leur apporter des solutions personnalisées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité