Aller au contenu principal

Fertilisation soufrée des céréales
Attendre le mois de mars pour intervenir dans les situations à risque

Les températures inférieures aux normales enregistrées au cours des derniers mois ralentissent le développement des plantes.

Le stade épi 1 cm devrait être retardé de quelques jours par rapport à une année “normale” entre la dernière décade de mars et début avril selon les variétés et les secteurs, pour des semis d’octobre - début novembre.
Pour les céréales à paille, la période de sensibilité à une carence en soufre commence au début de la montaison. Un apport précoce d’engrais, à un stade où les besoins des cultures et leur absorption sont faibles, l’exposerait à un risque accru de lessivage si les pluies sont abondantes en mars. La meilleure période d’apport se situe entre fin tallage et tout début montaison, donc pas avant le mois de mars.

Comment évaluer le risque ?
Le soufre a un comportement similaire à celui de l’azote dans le sol : sensible au lessivage et dépendant de la minéralisation, les fournitures du sol sont étroitement liées au climat de l’automne et de l’hiver. Dans les parcelles qui reçoivent des apports réguliers de fumier, les fournitures restantes sont toujours suffisantes pour couvrir les besoins. Tout apport de soufre y est inutile. Dans les autres situations, il convient d’évaluer le risque pour décider de la pertinence d’un apport et déterminer sa dose.  Le cumul de pluie entre le 1er octobre 2009 et le 1er mars 2010, associé au type de sol et à l’historique d’apport de soufre, est nécessaire pour estimer le risque de carence et déterminer les besoins d’apport pour les parcelles ne recevant pas d’apports réguliers d’engrais de ferme : voir tableau 1.

Cibler les situations à risque en Basse-Normandie en 2010
Jusqu’à aujourd’hui, les cumuls de pluie depuis le 1er octobre sont assez proches de la médiane sur 30 ans pour la plupart des stations météo (+ 10 à 30-40 mm), hormis dans le nord de la Manche encore plus arrosé que d’habitude (723 mm contre 523 mm en année normale) (tableau 2). Le lessivage est donc proche de la normale à légèrement supérieur. En parallèle, le temps humide, mais frais que nous connaissons actuellement limite la minéralisation. Il en résulte des stocks d’éléments minéraux disponibles pour les plantes assez modestes.
Tous les postes météo devraient cumuler d’ici le 1er mars entre 350 et 480 mm de pluie, ce qui correspond aux lignes jaunes du tableau 1. Seule la pointe nord de la Manche cumule au-delà de 500 mm (lignes orange du tableau 1). En dehors des sols profonds ayant reçu un apport de soufre l’an dernier et des parcelles fertilisées régulièrement à l’aide d’engrais de ferme qui supporteront une impasse, les autres parcelles de blé devraient recevoir un apport de soufre en 2010.

Choix de la forme d’engrais
La forme d’engrais n’influence pas l’efficacité de l’apport. Elle doit être choisie en fonction du coût et de l’équilibre avec les autres éléments apportés lorsqu’on choisit un engrais composé. Les super 18 et 25 et les sulfates de potassium sont souvent moins onéreux. Pour optimiser leur utilisation, on tiendra compte du phosphore ou de la potasse apportés simultanément. Les sulfates d’ammoniaque présentent l’inconvénient d’être très dosés en soufre par rapport à l’azote. La meilleure stratégie est de choisir la dose d’apport en fonction des besoins en soufre et de prendre en compte l’azote apporté dans le raisonnement du fractionnement de l’azote. Les autres formes qui contiennent du magnésium doivent être plutôt réservées aux situations peu fréquentes qui justifient l’apport de cet élément.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Six installations plutôt qu'un (des) agrandissement(s) en Normandie
Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d'une opération foncière inédite…
Les organisateurs ont présenté l'affiche officielle et le programme, lundi 25 mars 2024 à Lisieux.
La foire de Lisieux de retour ce week-end du 6 et 7 avril 2024
Habituellement organisée début mai, la Foire de Lisieux revient dès le 6 et 7 avril 2024 pour cette nouvelle édition. Au…
GAGNEZ 2 PLACES POUR LE MATCH SMC - LAVAL
Jeu concours pour aller encourager votre club normand au stade d'Ornano !
Nicolas Legentil était l'hôte d'une porte ouverte allaitante, jeudi 14 mars, à Brémoy. Il a fait visiter son exploitation aux 250 invités.
[EN IMAGES] Taurillons : le Gaec Legentil expose son savoir-faire dans le Calvados
Jeudi 14 mars 2024, le Gaec Legentil a accueilli plus de 250 personnes sur son exploitation, à Brémoy, dans le Calvados, pour une…
Hervé Morin, président de la Région Normandie et Clotilde Eudier, vice-présidente de la Région en charge de l'agriculture, ont été accueillis chez Romain Madeleine, éleveur à Le Molay-Littry pour présenter le plan "reconquête de l'élevage allaitant", en présence de Nicolas Dumesnil (tout à gauche), président d'Interbev Normandie, et en présence du maire, Guillaume Bertier (au micro).
La Normandie à la reconquête de l'élevage bovin
C'est sur l'exploitation de Romain Madeleine, éleveur installé à Le Molay-Littry (Calvados) que la Région Normandie a lancé son…
Le nouveau bureau de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a été élu. Il est présidé par Yohann Barbe, producteur dans les Vosges.
Ludovic Blin et Benoit Gavelle, deux Normands dans le bureau de la FNPL
Depuis le 9 avril 2024, en succédant à Thierry Roquefeuil, Yohann Barbe devient le nouveau président de la FNPL (Fédération…
Publicité