Aller au contenu principal

Traite
Attention aux contaminations accidentelles lors du tarissement

Le tarissement est un acte qui peut paraître banal en élevage laitier. Et pourtant, chaque année, la séance de tarissement peut virer au drame (heureusement dans de rares cas), sans que l’on ait rien changé dans ses pratiques !

a séance de tarissement peut virer au drame sans que l’on ait rien changé dans ses pratiques !
a séance de tarissement peut virer au drame sans que l’on ait rien changé dans ses pratiques !
© CA 50

C’est pourtant en infusant le contenu d’un tube intramammaire (antibiotique et/ou obturateur), lors du tarissement de la vache, que la contamination se fait accidentellement. Ce geste favorise l’introduction dans le quartier d’agents infectieux agressifs et résistants à une majorité d’antibiotiques (Colibacilles, Pseudomonas, Klebsielles…) qui ont pu souiller le bout des trayons ou des lavettes mal désinfectés, voire l’embout des tubes si l’éleveur les a posés sur le quai de traite juste avant la manipulation !Dans les 24 à 48 heures qui suivent cette “séance malheureuse” de tarissement, apparaît sur une partie (ou la totalité parfois) du lot de vaches taries une mammite grave (abattement profond, perte d’appétit, inflammation de la mamelle, vaches couchées, accélération du rythme cardiaque, hyperthermie puis hypothermie, troubles digestifs parfois…). L’issue est le plus souvent fatale.Certaines vaches rescapées avortent et/ou maigrissent fortement, devenant des non-valeurs économiques.Ces mammites graves proviennent donc le plus souvent d’une contamination pendant la séance de tarissement, avec un microbe agressif, présent au “mauvais endroit” (bout du trayon, lavettes ou mains mal désinfectées, embout du tube souillé pendant la manipulation…) au “mauvais moment”. L’arrêt de la traite favorise ensuite le développement explosif de ces microbes ou de leurs toxines.La prévention de ces accidents repose sur une hygiène rigoureuse lors de l’infusion des produits de tarissement :- avant toute manipulation, se laver soigneusement les mains (eau tiède savonneuse), les rincer et les sécher. Utiliser des gants en cas de présence de crevasses sur les mains ;- lors de l’utilisation d’une lavette pour nettoyer les trayons, utiliser une lavette par trayon, lavette préalablement décontaminée à l’aide d’un désinfectant efficace (encadré : “Une décontamination correcte des lavettes”). Proscrire l’utilisation de lavettes ayant trempé dans de l’eau sale ! ;- une fois le trayon méticuleusement nettoyé (insister sur le bout du trayon !), désinfectez-le correctement. Attention, si vous utilisez une lingette désinfectante (une par trayon), il faut impérativement laisser le désinfectant agir pendant au moins 30 secondes. Infuser le produit sans attendre ce délai revient à ne pas avoir désinfecté le trayon. D’où l’accident si un germe agressif et résistant était niché sur la peau du trayon !Une alternative est de tremper les trayons préalablement nettoyés de la totalité des vaches à tarir avec un produit de prémoussage, puis à revenir à la première pour essuyer (papier à usage unique) la totalité des trayons. Cette opération assure un temps de contact suffisant avec le désinfectant.Le respect de l’ensemble de ces mesures permet de limiter fortement le risque :- d’apparition de ces accidents, rares mais dramatiques ;- de contamination par des microbes moins agressifs, mais beaucoup plus fréquents, pouvant apparaître au cours de la lactation qui suit, avec dégradation de la qualité du lait livré.

Une décontamination correcte des lavettes

La désinfection des lavettes par trempage dans un seau contenant de l’eau chaude avec un désinfectant ne permet pas toujours de les décontaminer totalement :- la lavette se comporte comme une éponge, et les microbes peuvent rester dans la fibre du textile ;- certains désinfectants sont peu adaptés : l’eau de Javel s’évapore très vite dans l’eau chaude, et est peu efficace en présence de salissures ;- il convient de ne pas confondre savon et désinfectant pour lavette. Le savon facilite le nettoyage des trayons mais ne tue pas les microbes. Il peut être ajouté au seau d’eau tiède réservé aux lavettes propres utilisées pour la traite ;- attention au sous-dosage du désinfectant ;- les seaux remplis de lavettes (avec parfois celles de dessus qui ne trempent pas) deviennent de véritables bouillons de culture !Le passage en machine à laver (70° C minimum) est préférable. Il existe également des lessives désinfectantes pour lavage en machine. Une fois désinfectées par la machine à laver, les lavettes peuvent s’utiliser pour le nettoyage des trayons avec du savon en solution ou pour l’essuyage après prémoussage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité