Aller au contenu principal

Attention aux pucerons !

Avec l’arrivée des beaux jours et d’un temps sec et chaud, les premières colonies de pucerons sont signalées dans les protéagineux d’hiver. Ces insectes peuvent coloniser rapidement les parcelles, et sont donc à surveiller de près.

Pucerons verts du pois.
Pucerons verts du pois.
© TI

Pucerons verts du pois : à surveiller dès le stade 10-12 feuilles
Le temps doux de ces derniers jours a été propice à l’arrivée des pucerons dans les parcelles de pois d’hiver, mais également de printemps dans certaines zones. Leur pullulation peut être rapide, il est donc important de suivre attentivement l’évolution des populations.

Le puceron vert du pois (Acyrthosiphon pisum) est un des principaux ravageurs des cultures de pois. Souvent présents sur le haut de la plante, ses piqures entraînent un affaiblissement de la plante, un jaunissement des feuilles et un possible avortement des fleurs. Vecteur également de viroses, une présence importante peut occasionner des pertes de rendement allant jusqu'à 30 q/ha.


En attente d’une dérogation Teppeki®

En 2017, une dérogation avait été obtenue pour le Teppeki®, (500 g/kg de flonicamid, formulation WG ; Usage : graines protéagineuses, traitement parties aériennes, pucerons. Dose : 0.140 kg/ha, 1 seule application par ha et par an. Application de pré-floraison à fin floraison). Pour 2018, la demande de dérogation est en cours d'examen.

Quelle stratégie selon le stade de la culture et la pression ravageur ?
• Analyser la pression ravageur : débutez les observations à partir du stade 10 feuilles, ou au moment du retour de températures plus douces. La surveillance doit se poursuivre jusqu’à la Fin du Stade Limite d’Avortement (FSLA).
Afin de définir la pression dans votre parcelle, estimez le nombre moyen de pucerons par plante en secouant les tiges au-dessus d'une feuille blanche. Répétez l'opération plusieurs fois au sein de la parcelle, afin d’avoir une bonne vision du nombre moyen d’insectes par plante. 
Une présence importante d’auxiliaires (coccinelles, syrphes…) doit être prise en compte dans votre analyse de risque.

• Adapter votre stratégie à la pression et au stade de la culture : analysez la situation en fonction du stade de votre culture et du nombre moyen d’insectes par plante :
- Application de Teppeki®si dérogation obtenue : uniquement à partir de la floraison dès le seuil de 20-30 pucerons/plante.
- Si Teppeki® non disponible :
> Surveiller avant la floraison. Intervenir à partir du seuil de 10 pucerons/plante avant la floraison effective. La solution la plus efficace reste le Karate K qui ne peut être appliqué en floraison.
> Si l’intervention doit se faire en floraison, utiliser un pyréthrinoïde autorisé au seuil de 10 pucerons/plante.

Le puceron noir de la féverole
Pour le moment absent des parcelles dans une majorité des cas, le puceron noir de la féverole (Aphis fabae) peut également se développer très rapidement, et doit donc être surveillé attentivement. Il colonise les parcelles de féveroles au printemps en formant des manchons le long des tiges. Il peut entrainer jusqu’à 12 q/ha de pertes de rendement en pompant la sève, provoquant flétrissement des plantes et avortement des fleurs, mais également en véhiculant des viroses.

Quelle stratégie selon le stade de la culture et la pression ravageur ?
• Analyser la pression ravageur : débutez les observations à partir du stade 10 feuilles, et les poursuivre jusqu’à la Fin du Stade Limite d’Avortement (FSLA).
Afin de définir la pression dans votre parcelle, estimez le pourcentage de plantes portant un manchon d’au moins 1 cm de long.
Une présence importante d’auxiliaires (coccinelles, syrphes…) doit être prise en compte dans votre analyse de risque.
• Adapter votre stratégie à la pression et au stade de la culture : analysez la situation en fonction du stade de votre culture et du nombre moyen d’insectes par plante :
- Si dérogation de Teppeki®, attendre la floraison pour intervenir.
- Lutte insecticide en l’absence de Teppeki® : surveillance avant et pendant la floraison
> Faire un état des lieux avant la floraison. Si les premières colonies sont observées, intervenir avec un Karate K.
> En l’absence de pucerons avant floraison, poursuivre l’observation et intervenir en floraison avec un pyréthrinoïde autorisé (mention abeille), dès que 10% des plantes portent des colonies de pucerons.
> Renouveler l’observation au bout de quelques jours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
RecyOuest monte son usine à Argentan
Après sept ans d’existence, la startup normande a pu poser la première pierre de son usine de recyclage de ficelles et de filets…
Publicité