Aller au contenu principal

Au Cirlait : un débat tendu

A l'initiative des FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de Basse-Normandie, les producteurs se sont invités au Cirlait. Ils dénoncent le non-respect des indicateurs économiques interprofessionnels.

© VM

Cette situation à l’heure où les marchés se tendent met clairement les producteurs français dans l’incapacité de faire face aux difficultés du marché à venir. Il est temps de rappeler aux transformateurs que le prix du lait ne se décrète pas ! », dénonce la FDSEA 50. Les entreprises laitières étaient réunies lors du Cirlait, mardi après-midi à la Chambre régionale d'agriculture. Les producteurs de lait ont choisi d'y faire irruption. Ils étaient une petite centaine. L'occasion de faire passer leur message auprès des transformateurs. « Revenez à la raison. Travaillons en bonne intelligence ? Soyez intelligent et respectez vos contrats. Respectez les indicateurs », clame Jean-Yves Heurtin.

Le représentant de la FNIL bloqué
Selon la FDSEA 50, le non-respect de ces fameux indicateurs représenterait un manque à gagner de 5 000 euros en moyenne par exploitation.
Le débat s'est rapidement tendu avec les représentants des industriels privés. Alain Leboulanger, de la FNIL (Fédération nationale des industries laitières) n'est pas parvenu à quitter la salle. Barré par des producteurs. Jean Turmel, président du Cirlait, l'a néanmoins invité à se rassoir. « Nous pouvons au moins discuter. Je note d'ailleurs que les coopératives et les petites entreprises sont restées assises. On va parler et je sifflerai la fin de la partie ». De son côté, Alain Leboulanger estime que « le Cirlait n'est pas le lieu pour parler de prix du lait. Ici, nous ne parlons que d'indicateurs. Les grilles de prix se discutent de prix se discutent entre les entreprises et les producteurs au sein des OP ».  Philippe Marie, membre du Cirlait note cependant : « on n'a pas le droit de parler de prix du lait, mais on peut évoquer la conjoncture ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité