Aller au contenu principal

Autonomie alimentaire : un projet à faire mûrir !

A Montgardon (50), Brigitte et David Abraham (GAEC d'Audermont) développent l'autonomie globale de leur exploitation. Pas à pas, la part de maïs s'est réduite dans l'assolement. Dans cette démarche, ils ne sont pas seuls. Membres d'un GIEE, ces éleveurs s'appuient sur les expériences du groupe.

© VM

« En tant qu'agriculteurs, notre objectif est de produire toujours plus propre. Notre motivation est d'abord environnementale. Après, il faut aussi gagner sa vie. Alors même si on ne peut pas se passer de maïs, nous tentons de le réduire au maximum. Nous n'avons pas de leçon à donner. On veut juste être plus autonomes sur notre ferme » raconte David Abraham. Pour dépasser la simple incantation, David et Brigitte Abraham ne disposent pas de recette miracle. Après des idées réussies et d'autres moins, la part du maïs a été divisée par deux. Mais, la démarche a nécessité du temps. Passer de 30 à 15 hectares de maïs a pris 10 ans.

Légumineuses et betteraves dans la ration
Pour y parvenir, ces éleveurs se sont appuyés sur les expériences du GIEE « autonomie alimentaire du Cotentin ». Le GAEC d'Audermont est aujourd'hui autonome en protéine à hauteur de 80 %. « Le groupe va toujours plus vite que le plus fort du groupe. On apprend des autres », sourit David Abraham. Sur son exploitation, l'agriculteur a réimplanté des prairies avec une volonté de qualité. Il a mélangé trois légumineuses (des trèfles violets, des trèfles blancs) et trois graminées (principalement des ray-grass ou des dactyles et des fétuques). « Un semencier me conseille selon la nature des sols. Je ne veux pas de mélanges pré-faits, car les plantes doivent être adaptées à la terre. Il a cependant accepté une certaine irrégularité ». La production est récoltée en enrubannage pour tirer un profit maximum de ces fourrages.
Des légumes ont également été introduits dans la ration des vaches. Après les écarts de tri des carottes produites sur la ferme, les agriculteurs ont emblavé deux hectares de betteraves.  « C'est un produit frais, très digestible, très concentré en énergie, qui fait manger les vaches. C'est une expérience de nos anciens qu'on remet au goût du jour. Je mettrais donc les betteraves dans le bol ».

Et plus autonome en intrants
15 ha de la SAU sont consacrés au maïs, 2 ha à la betterave, 8 ha à l'orge, 23 ha aux prairies temporaires et 55 hectares aux prairies temporaires. Avec des rotations plus longues, les achats d'intrants ont été réduits sur l'exploitation. Seules, les céréales reçoivent des engrais classiques. Dans leur logique « plus propre », les maïs sont semés sans labours. Ces éleveurs ne se fixent pas d'objectif de rendement. « Notre but est d'abord de nourrir nos bêtes ». Cette philosophe leur permet d'afficher une moyenne d'étable de 7 700 kg.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Publicité