Aller au contenu principal

Anniversaire
Avec beaucoup de cohésion et d’envie de gagner

Le 8 décembre 2000, la coopérative Cap Seine voyait le jour. Dix ans plus tard, l’entreprise est devenue un groupe structuré, efficace et territorialement bien ancré.

"Soyons prêts pour 2010 !” C’est l’un des messages forts lancés, lors de la réunion de section à Gouville lundi, par les responsables de Cap Seine. Un message résolument tourné vers l’avenir pour un groupe coopératif soucieux de conforter son activité dans un contexte loin d’être facile pour l’agriculture. C’est pourquoi, si les acteurs de la coopérative sont fiers d’avoir franchi le cap des dix années d’existence pour leur entreprise, cet anniversaire se fêtera sans effusion.

En dix ans de temps...

Que ce soit Jean-Jacques Prévost, le président de Cap Seine ou Luc Pamart le directeur général, ils ont surtout insisté sur ce qui se prépare plutôt que de regarder le parcours passé.  “Nous voulions écrire une nouvelle page de l’agriculture régionale et développer notre projet. C’est ce que nous avons fait : nos parts de marché ont fortement progressé et l’image de notre structure est consolidée, tant auprès des agriculteurs que de nos clients...” rappellent les acteurs de la Coopérative.

“Mais il faut aussi savoir analyser l’évolution des structures depuis dix ans” explique encore Luc Pamart. “Hier, nous étions  dans une gestion purement économique de la coopérative, aujourd’hui et dans les cinq ans à venir, ce sera la gestion du risque dans les céréales qui sera déterminante pour notre outil coopératif...”

Cela dit, le directeur général estime que le bon travail fourni par Cap Seine depuis toutes ces années s’explique essentiellement “par un fait majeur : la qualité de sa gouvernance. Je rends ici hommage au conseil d’aministration pour tout ce qu’il a accompli pour conduire notre coopérative car c’était beaucoup plus compliqué qu’il n’y parait aujourd’hui. Seulement, ce qui caractérise cette gouvernance, c’est la bonne cohésion et une envie de gagner déternimante”.

C’est dans cet esprit que la coopérative régionale haut normande entend poursuivre son développement. “Cela se fera par la voie de la maîtrise des exportations et de la transformation et ce, en veillant évidemment à la bonne compétitivité. Nous le ferons avec la même rigueur budgétaire que celle qui nous a conduit jusqu’ici, en mesurant les risques et en sachant les gérer.”

 

Pouvoir collectif

Les pistes de développement, quant à elles, seront celles qui ont fait jusqu’à présent les bons résultats de l’entreprise Cap Seine. “Avec la volonté d’intensifier notre politique d’innovation et de gestion des risques financiers et commerciaux vis à vis des clients et des agriculteurs. Ne rien faire dans le développement n’entraîne de risque que sur le long terme.

Pour donner rendez-vous à nos adhérents dans dix ans, nous devons être actifs et poursuivre ce développement. De cette manière, nous garderons un pouvoir collectif pour les producteurs de Cap Seine et de notre région haut normande.”

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans l'édition papier

de l'Eure Agricole

en date du 11 novembre 2010

page 4

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
VIDEO. L’opération recyclage de pneus est sur les rails
Depuis mardi 16 et jusqu’à lundi 29 mars, la FDSEA organise une collecte de pneus usagés. Grâce à l’aide financière et matérielle…
Publicité