Aller au contenu principal
Font Size

Avec le système de mise en botte, les bâches d’enrubannage usagées sont conditionnées sans effort !

A l’EARL de l’Espérance à Aubigny (14), les vaches allaitantes sont nourries essentiellement à base d’herbe. En période hivernale, 400 balles d’enrubannage sont utilisées pour nourrir le troupeau, cela représente un sacré volume de bâches plastique. Il fallait trouver une solution…

Philippe et François Valentin, éleveurs de vaches allaitantes dans le Calvados, ont participé au concours Trucs et Astuces d’éleveurs organisé par les Chambres d’agriculture de Normandie en partenariat avec la MSA. Ils ont remporté le quatrième prix grâce à leur astuce la “Mise en botte des bâches d’enrubannage”. Très bricoleur, Philippe a conçu lui-même un outil qui permet de tasser les bâches d’enrubannage dans un conteneur plastique prévu à cet effet. Aujourd’hui, ce travail n’est plus une corvée, une personne peut le faire seul et sans difficulté.

Prévoir du temps de réflexion, de conception et savoir souder

“Nous utilisons 3 balles d’enrubannage par jour pour nourrir l’ensemble des animaux, il fallait trouver un système pour stocker ces bâches plastique”. L’idée fait son chemin et les éleveurs ont fait le choix de stocker tous les jours les bâches usagées dans une cuve à eau en plastique de 1 000 litres. Le haut de la cuve plastique est découpé pour déposer facilement les bâches à l’intérieur. Le grillage en fer qui entoure la cuve plastique est conservé pour renforcer la cuve au moment de la compression des bâches. “Au début, on tassait comme on pouvait mais ce n’était ni pratique ni satisfaisant”. Qu’à cela ne tienne, Philippe décide alors de fabriquer un outil qui  lui permette de tasser les bâches usagées dans le conteneur. L’outil s’accroche facilement avec un lève palette attelé sur le chargeur du tracteur. Cet outil a été fabriqué en soudant des tubes en acier dans lesquels coulissent des doigts de fourche, que de la récupération disponible sur la ferme !Quand le conteneur est plein, il suffit d’atteler cet outil sur le chargeur pour tasser les bâches. Il faut ensuite lier le tout avec de la ficelle haute densité. Le résultat : une botte de 200 kg de bâches facile à manipuler au chargeur, celle-ci sera stockée en attendant la livraison pour le recyclage des bâches.

Des gains à plusieurs niveaux

- Sur le confort de travailAvec ce système, le conditionnement des bâches usagées n’est plus une corvée. Le tassage se fait mécaniquement, il n’y a pas de charge lourde et encombrante à porter à la main, pas d’effort physique à fournir. Cela évite aussi de se salir “nous n’avons pas à reprendre à la main des bâches sales et humides”.
- Sur le temps de travailLorsque le conteneur est plein, avec l’outil utilisé, il suffit de deux minutes pour tasser et lier la botte. De plus, ce travail peut se faire seul : pendant que l’outil compresse les bâches, l’éleveur descend du tracteur pour lier les ficelles à la main. “Cela permet aussi de gagner du temps au moment du chargement de ces bottes pour les emmener au recyclage » souligne Philippe Valentin.
- Sur le rangement de la fermeAvec ce système, les bâches sont conditionnées et stockées en bottes de 200 kg. “Cela permet de gagner de la place pour le stockage et cela évite d’avoir un tas de bâches qui s’envolent au vent” précise François Valentin.

EARL de l’Espérance

- 80 VA.

- 130 ha.

- 30 ha de céréales.

- 2 UTH.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité