Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Avec votre astuce travail c’est aujourd’hui possible

Un week end au Puy du Fou pour décompresser ?

Jusqu’au 31 mars 2015 vous pouvez participer au concours Trucs et astuces d’éleveurs Normands. Si vous êtes éleveur, salarié, stagiaire ou apprenti dans un élevage dont le siège social se situe en Normandie et que vous avez mis en œuvre un truc, une astuce pour vous simplifier le travail au quotidien, cela peut vous faire gagner un week-end de trois jours et deux nuits avec des entrées au Puy du Fou, des journées de détente ou des places de spectacle… avec leurs journées de remplacement (voir comment participer à la fin de l’article).En élevage, certaines tâches ou manipulations sont répétitives sur la semaine, la journée et même l’heure, par exemple en salle de traite. Chacune de ces petites tâches, manipulations ou opérations répétées, mises les unes derrière les autres, peuvent devenir pénibles et entraîner des troubles de la santé. Aussi, pour gagner en productivité et en confort de travail, certains agriculteurs ingénieux déploient beaucoup d’inventivité pour mettre en place des astuces qui leur permettent de gagner en qualité de vie.


Qu’est-ce qu’une vraie astuce ?

C’est tout d’abord une invention faite par un agriculteur soucieux de son bien-être, de son efficacité et de son organisation du travail. Les astuces retenues pour le concours doivent répondre aux critères suivants :- améliorer le travail en élevage ;- être facile à réaliser ;- réduire la pénibilité ;- être peu coûteux ;- assurer de la sécurité et du confort à l’éleveur ;- respecter le bien-être animal.

Quelques exemples

Catherine Valognes, éleveuse dans la Manche, transporte le lait chaud aux veaux grâce à son “Taxi lait” fait maison. Le système est composé d’un bidon de 60 litres installé sur un petit chariot, d’un chauffe-lait branché sur une minuterie, ce qui lui permet d’avoir le lait à bonne température pour la buvée des veaux. Ce système est peu coûteux, car bricolé avec des matériaux de récupération. L’investissement s’élève à 180 € pour le petit chariot, le chauffe-lait et le minuteur, le bidon ayant été récupéré. Catherine n’a donc plus à se casser le dos en portant les seaux et gagne en efficacité du travail : le transport du lait chaud est facilité, il n’y a plus de temps d’attente car le réchauffage du lait est programmé, le système est très facile à nettoyer et les veaux ont une meilleure digestion du lait. Bien-sûr, pour que cette astuce soit efficace, il ne faut pas de marche entre la salle de traite et la nurserie. 
Restons dans la salle de traite avec l’astuce “Servante de traite” d’Aline Catoir de l’EARL Catoir en Seine-Maritime. Ce système a été mis au point pour éviter de lever des charges lourdes comme les seaux des lavettes de traite et d’avoir à portée de main tout le matériel nécessaire pendant la traite. Chez Aline, la salle de traite est de plain-pied et le chariot a été conçu pour passer sous les ponts, mais aussi pour que les seaux soient suffisamment hauts afin d'éviter de se baisser. L’astuce se compose d’un chariot de récupération qui a été adapté pour contenir un seau avec les lavettes propres, un seau avec les lavettes sales, les gobelets trempeurs, les bracelets de marquage d’animaux. Cette servante de traite convient pour les bâtiments dont la laiterie et la fosse de traite sont au même niveau. 
Laurent Montier quant à lui, a inventé une “Charrette à veau” qui lui permet de ramener plus facilement les nouveau-nés de la pâture à la nurserie. La charrette s’attèle à un quad et se manipule très aisément. Elle est peu coûteuse car les équipements assemblés sont essentiellement du matériel de récupération. Elle facilite le transport du veau né à l’herbage, grâce à une intervention rapide avec le quad. Le travail se fait dans le confort et la sécurité en réduisant les manipulations : le veau est porté une fois pour entrer dans la charrette, il n’est plus tiré, ni porté sur une longue distance. On limite aussi les risques liés aux réactions de la vache.

L’occasion de réfléchir sur ses pratiques au quotidien

La préservation de sa santé passe par une prise de conscience, une analyse des différents postes de travail, une autocritique de ses habitudes. Des astuces simples, des changements de postures éviteront, par la suite, bien des soucis. Mener une réflexion autour de ces pratiques au quotidien, des différents postes et situations au travail, des risques que je pourrais éviter, mais aussi dès l’acquisition de futurs équipements, est un bon investissement pour l’avenir. C’est aussi l’occasion d’améliorer et de remettre en question son organisation au travail car de nombreux ponts existent entre efficacité et réduction de la pénibilité. De plus, les mesures que vous mettrez en place vous permettront de vous faire remplacer plus facilement… pour partir au Puy du Fou !

Inscription et vidéos

Retrouvez les 5 vidéos des gagnants des concours Trucs et Astuces d’éleveurs normands sur les sites internet des Chambres d’agriculture ainsi que de nombreuses pistes de solution.
Pour participer, téléchargez votre dossier de candidature sur le site internet de votre Chambre d’agriculture ou sur www.normandie.chambagri.fr ou contacter votre conseiller (voir ci-dessous).


Contacs

- Calvados : Fabrice Renard - 02 31 70 25 38 f.renard@calvados.chambagri.fr

- Manche : Isabelle Bennehard - 02 33 79 43 80 ibennehard@manche.chambagri.fr

- Orne : Marie-Laurent Dubreuil - 02 33 31 48 00 marie-laurent.dubreuil@orne.chambagri.fr

et Pascal Moreau - 02 33 31 48 00 pascal.moreau@orne.chambagri.fr

- Seine Maritime : Madeline Nicolas - 02 35 59 47 64 madeline.nicolas@seine-maritime.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité