Aller au contenu principal

Culture
Azote sur colza : une simple pesée vous permet d’estimer les besoins

C’est le moment de se préoccuper de la fertilisation azotée du colza. Mais votre parcelle en a-t-elle besoin, si oui de combien ?

Cette année, un développement hétérogène est observé au sein de nombreuses parcelles ou entre parcelles. Il est donc nécessaire de connaître l’azote que le colza a déjà absorbé pour évaluer la fertilisation de printemps.
La pesée de votre colza en sortie hiver est importante pour une estimation de l’azote absorbé par le colza. Ceci permettra d’apporter la quantité au plus juste des besoins.

Evaluer l’azote absorbé à l’automne
Pour cela, il est nécessaire de faire une pesée de la matière verte du colza sur 1 m².
- Choisir une zone homogène de la parcelle.
- Prendre au hasard 4 pla-
cettes de 0,25 m² (cercle de 0,25 m² = fil de fer de 1,80 m).
- Couper les plantes au ras du sol dans les 4 placettes.
- Peser l’ensemble.
Si vous voulez connaître l’azote que votre colza a déjà absorbé, vous  l’estimerez en multipliant ce poids frais récolté sur 1 m² par 70.
Ex : 1 kg de matière verte = 70 kg d’azote déjà mobilisé par la culture.


Connaître la dose d’azote que vous devez apporter au printemps
Référez vous à la réglette colza azote. Elle vous donnera directement cette valeur en fonction du poids frais de votre colza (entrée et/ou sortie hiver), de votre objectif de rendement et de votre type de sol (avec ou sans apport de matières organiques).
Cette réglette existe en version papier et depuis cette campagne en version électronique. Elle est accessible gratuitement à partir du site CETIOM : www.cetiom.fr
En fonction de la dose à
apporter au printemps, il est nécessaire de fractionner les apports (tableau ci-contre).

Cas particuliers
- Dans le cas de biomasse inférieure à 600 g/m², il est nécessaire de revoir l’objectif de rendement. Si les pivots ont un développement correct et le peuplement est homogène, l’objectif peut atteindre tout de même 30-35 q/ha mais pas au-delà.
- En cas d’apport de matières organiques et de faible biomasse (moins de 500 g/m²), il est probable que le colza n’ait pas mobilisé la quantité totale d’azote disponible : dans ce cas, il est préférable de réaliser un reliquat azoté pour connaître l’azote encore disponible pour adapter sa fertilisation.

Véronique Quartier
Jean-Jacques Baudet
CETIOM

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité