Aller au contenu principal

Elevage
Baisser son coût alimentaire avec les matières premières

Dans un contexte économique difficile, les éleveurs recherchent à réduire leurs charges, en particulier, le coût alimentaire. En plus de la production d'aliments sur leur exploitation (céréales ou protéagineux), le recours à des co-produits industriels peut répondre à leurs attentes.

.
.
© DR

Les co-produits issus des industries agro-alimentaires peuvent provenir :
- de la transformation des oléagineux : les tourteaux de soja, de colza, de lin ;
- de l'industrie sucrière : les pulpes de betteraves, la mélasse ;
- de la filière céréale : le son, le corn gluten feed, les drèches de blé éthanol ;
- de la filière laitière : essentiellement le lactosérum ;
- des brasseries : les drêches ;
- de la production de pommes de terre industrielles.

Le tourteau de colza : une efficacité démontrée
Les tourteaux de colza et de soja sont utilisés pour corriger les rations déficitaires en azote fermentescible (PDIN), en particulier les rations ensilage de maïs. Ces deux tourteaux ont fait leur preuve et donnent des résultats zootechniques au moins aussi bons que les “concentrés” ou “aliments du commerce”. De plus, ils sont moins onéreux.
Le tourteau de colza a des propriétés intéressantes pour les vaches laitières hautes productrices. Il permet de bons résultats de production laitière et un bon rapport TP/TB (plus de TP et moins de TB) sans effets négatifs sur la reproduction comme on l’entend dire parfois à tort. Sa teneur en phosphore et sa richesse en acides aminés soufrés, notamment en méthionine, en font un aliment intéressant et aujourd'hui son prix est particulièrement attractif.
Pour déterminer le prix de parité du tourteau de colza par rapport au prix de marché du tourteau de soja, plusieurs approches peuvent être faites.
Si on prend la règle de substitution (1.5 kg de tourteau de colza pour remplacer 1 kg de tourteau de soja 48), il faut prendre en compte aussi les bénéfices liés à l'utilisation du tourteau de colza (amélioration de la production de lait, modification des taux et réduction de la complémentation en phosphore). Le tourteau de colza est intéressant quand son prix est inférieur à 80 % de celui du tourteau de soja.
Si on raisonne sur les nutriments (énergie, azote et minéraux) apportés par les 2 tourteaux, le tourteau de colza est intéressant quand son prix est inférieur à 88 % de celui du tourteau de soja.
Dans le contexte actuel, le tourteau de colza est particulièrement intéressant, en particulier, pour les vaches hautes productrices.

Quand acheter ?
Le cours des tourteaux est tributaire de nombreux facteurs, en particulier des rendements
de la culture de soja en Amérique et du cours des monnaies (euro/dollar).
En général, il était intéressant de passer des contrats d'achat en fin de printemps, mais en fin d'année dernière des contrats à long terme ont été conclus à des prix intéressants.
Depuis quelques semaines, les cours ont tendance à augmenter en raison de la chute de l'euro par rapport au dollar et d’un accident dans une grosse usine de trituration de la graine de colza en Allemagne.
Il est donc difficile de définir une règle pour indiquer le bon moment d'achat. Ce qui est certain, c'est que depuis toujours et plus particulièrement depuis 2 ans, le cours du tourteau de colza est intéressant et permet de limiter le coût alimentaire de l’atelier lait.

Les autres co-produits : parfois des opportunités
En période de pénurie fourragère, les éleveurs ont déjà eu recours à ces produits qui sont, pour la plupart, disponibles dans la région. Dans certaines exploitations, ils sont régulièrement introduits dans les rations et en particulier dans l’alimentation des vaches laitières.
Les pratiques actuelles d'alimentation, la ration complète ou semi-complète, facilitent leur emploi puisque les aliments sont distribués.

Les caractéristiques de quelques co-produits  disponibles
En général, ce sont des aliments riches en énergie et en azote. Ils sont à réserver aux animaux avec des besoins importants (vaches en lactation, bovins à l'engrais). Pour les élèves en croissance, avec des besoins plus modérés, les co-produits doivent être associés à des fourrages grossiers de valeurs alimentaires moyennes (foin, paille). Certains peuvent remplacer une partie ou la totalité des céréales et des tourteaux, par exemple les drêches ou les pulpes…
La disponibilité des co-produits est en liaison directe avec les périodes de fabrication des usines. Selon leurs origines et les transformations subies, leurs valeurs alimentaires varient.
Il apparaît indispensable de se garantir sur la valeur nutritive d'un co-produit, surtout si des quantités importantes sont utilisées, une analyse s’impose. Dans le cas de produits humides, la connaissance précise de la teneur en matière sèche est indispensable pour négocier au plus juste le prix d'achat.
L'achat d'un co-produit se raisonne économiquement à partir du calcul du prix d'intérêt, intégrant sa teneur en matière sèche, tous ses nutriments (énergie, azote et minéraux) et son encombrement (ingestibilité). Les prix sont très fluctuants. Par exemple la pulpe déshydratée a vu son prix augmenter de 20 € en quelques jours en raison de la sécheresse actuelle.
Compte tenu de la situation climatique de l’année et de la pénurie fourragère qui s’annonce, nous reviendrons plus en détail sur l’intérêt de tous ces co-produits.
Bernard HOUSSIN 
Chambre d'Agriculture de la Manche
bhoussin@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

En savoir plus
Retrouvez chaque mois les informations sur la disponibilité et les cours des tourteaux et co-produits.
Rendez vous avec la formule “Avantages” des GVA ou sur la rubrique “Conseil de saison” des abonnés du site internet de la Chambre d'agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité