Aller au contenu principal

Banc d’essai tracteur : un bilan de santé nécessaire

Le camion semble banal, mais il n’en est rien. A l’intérieur, plusieurs machines et ordinateurs mesurent la puissance et a consommation des tracteurs. Ce banc d’essai de l’association Aile était lundi 18 décembre au Gaec des Brouins.

lll Il est passé par ici, il repassera par là… Le banc d’essai tracteur s’est arrêté en Normandie pendant quatre jours du 18 au 21 décembre. Depuis une vingtaine d’années, ce camion sillonne tout l’ouest de la France, de ferme en ferme, afin de tester les tracteurs. Réglages, conduite, consommation, tout est analysé, décrypté, examiné à l’aide d’ordinateurs et de courbes. Résultat ? Chaque mauvais réglage est décelé. Il peut ensuite être rectifié. « À 50 tours près, la consommation augmente significativement parfois. Passer son tracteur au banc d’essais permet de le savoir et ainsi d’adapter sa conduite », explique Jordan Courtillon, le technicien-machiniste de l’association Aile.
En 30 à 40 minutes, le temps nécessaire pour le diagnostic, l’agriculteur connait l’état de santé de son matériel, et peut ainsi en maitriser sa consommation ou se former à la conduite économique. Des arguments qui font mouche quand le prix de l’essence est annoncé à la hausse ce 1er janvier, que le prix du baril est en perpétuelle variation et qu’il est nécessaire de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Rappelons d’ailleurs que le poste carburant représente 30 à 35% du coût horaire d’un tracteur.
« C’est intéressant de passer un tracteur que l’on vient d’acheter sur le banc d’essai. S’il est neuf, cela permet de savoir si le tracteur fait bien tous ses chevaux alors que s’il a 4 000 ou 5 000 heures, cela permet de voir s’il n’a pas eu d’anomalie dans son utilisation », explique Florian Fremont, conseiller agroéquipement à la fédération des Cuma. « Cela traduit un peu l’historique du tracteur. »
Venu avec un tracteur acquis en mai dernier, Benoît Lamy confirme : « je suis venu vérifier si, en termes de consommation, le tracteur était toujours dans sa plage correcte, s’il n’y avait pas un réglage à refaire et s’il sort sa puissance correctement ». Pour lui, le bilan est positif. Son tracteur ne consomme pratiquement pas, fait ses chevaux et a un couple meilleur que la théorie. « Ça me conforte donc d’utiliser ce tracteur dans une plage de régime moteur compris entre 14 000 à 16 500 tours. »

Comment ça marche ?
Le banc d’essai tracteur se déplace dans les exploitations, les CUMA, les entreprises de travaux agricoles, les lycées agricoles… Seules conditions, posséder une prise électrique 220 ou 380V, un terrain assez plat et encaissé pour pouvoir installer le camion et regrouper 4 ou 5 tracteurs. « Je voulais passer mon tracteur, j’ai donc appelé plusieurs voisins pour savoir s’il était intéressé », explique Franck Labarrière qui recevait donc quelques-uns des exploitants environnants au Gaec des Brouins, à Varaville (14). Le conseil et l’analyse ont cependant un coût : 170 euros. Mais le résultat peut être surprenant. « Une fois le diagnostic réalisé et avec une conduite adaptée, il est possible d’économiser jusqu’à 1 litre de fioul à l’heure », rappelle Florian Fremont. Le banc d’essai fait traditionnellement deux fois par an escale en Normandie. Alors, préparez la carte grise et prenez déjà date, le banc d’essai reviendra dans la région en mai.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité