Aller au contenu principal
Font Size

Diversification
Bâtiments inutilisés : et si je développais une activité d'accueil

Maison d'habitation, bâtiment d'élevage, hangar, boulangerie ou écurie à l'abandon, il n'est pas rare d'avoir des bâtiments inutilisés sur sa ferme. La mise en place d'une activité d'accueil peut être une solution pour les valoriser.

un bâtiment inutilisé sur la ferme : comment le valoriser ? (photo DR)
un bâtiment inutilisé sur la ferme : comment le valoriser ? (photo DR)
© DR

Gîte, salle d'accueil ou point de vente, quel est le plus intéressant ?
Le gîte ou la location à l'année sont souvent évoqués quand il s'agit de rénover une habitation, mais il existe de nombreuses autres possibilités. Le gîte et la chambre d'hôtes sont les formes les plus classiques de projet touristique, mais pourquoi ne pas se lancer dans l'accueil d'enfants en vacances, le logement étudiant, l'accueil de personnes âgées ou handicapées. Au-delà de la fourniture de logement, les agriculteurs qui pratiquent déjà ces activités apprécient tout particulièrement le contact et les échanges avec les personnes accueillies.
Et l'hébergement n'est pas la seule voie possible, les bâtiments peuvent également être rénovés en salle d'accueil et ainsi répondre à diverses fonctions : salle des fêtes pour des anniversaires ou des mariages, séminaires, formations, salle de spectacle pour des concerts, du théâtre, salle d'exposition pour des collections ou des œuvres artistiques, salle de restaurant avec pour support une ferme-auberge, une crêperie, un bar à lait ou des goûters à la ferme, ou tout simplement un abri pour les groupes lors d'une visite en ferme pédagogique. La fabrication et la vente de produits du terroir peuvent également permettre d'occuper ces bâtiments en abritant un atelier de transformation ou un point de vente à la ferme.
Enfin, des projets plus inattendus peuvent voir le jour : salle de sport, piscine, centre de remise en forme qui peuvent aussi être associés à un projet d'hébergement.

Quelles subventions pourrais-je obtenir ?
Très souvent posée, cette question n'est pourtant pas essentielle. Ce n'est pas parce que j'aurais obtenu une subvention pour développer mon activité qu'elle sera plus rentable. Il faut vraiment définir son projet en fonction de ses objectifs et de ses capacités (financières et humaines) : Est-ce que je veux simplement rentabiliser les travaux que j'aurais à effectuer ou est-ce que je veux dégager un revenu ? Combien de temps devrais-je consacrer à cette nouvelle activité ? Est-ce compatible avec mon activité actuelle ? Devrais-je embaucher du personnel ? Toutes ces questions sont primordiales avant de se lancer. La réussite d'un projet dépend aussi des compétences et de l'implication personnelle car les projets les plus réussis sont souvent ceux qui sont animés par une véritable passion.
Mais il ne faut pas négliger l'aspect économique : une étude de marché est souvent nécessaire avant de se lancer, d'autant plus si l'activité développée est innovante car les banques pourront avoir du mal à suivre votre projet financièrement s'il n'est pas appuyé par des chiffres concrets

Quelles sont les règles à respecter ?
Chaque activité a sa propre réglementation, mais la première contrainte est souvent celle de l'urbanisme : changement de destination du bâtiment, distances à respecter entre la ferme et certaines activités, peuvent notamment faire échouer certains projets.
Viennent ensuite les contraintes liées à l'accueil du public, surtout si le bâtiment est classé en Etablissement Recevant du Public (ERP) : sécurité incendie et accessibilité aux personnes handicapées peuvent engendrer des coûts d'investissement plus importants que ce qu'on avait prévu au départ.
Bref, de nombreux éléments à prendre en compte avant de se lancer car mettre en place une nouvelle activité sur sa ferme pour valoriser ses anciens bâtiments, ça peut être très intéressant, mais ça ne s'improvise pas !

Magali LAMBERT –
chargée de mission tourisme à la Chambre d'Agriculture de la Manche

mlambert@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Formation
Vous souhaitez développer une activité d'accueil pour valoriser vos bâtiments, venez suivre la formation "Valoriser ses anciens bâtiments agricoles" :
- Panorama des différentes activités d´accueil possible
- Aspects juridiques et réglementation
- Aspects économiques : financement, rentabilité, temps de travail
- Visites de deux sites d´accueil à la ferme (gîte, chambre d´hôtes, location de salle, accueil d´enfants...) et témoignages
Date : 28 septembre 2010, de 9 h 30 à 17 h dans le secteur de Périers-Coutances
Renseignements et inscriptions au 02 33 06 48 89 ou bienvenue@
manche.chambagri.fr.

Accompagnement de techniciens
Les conseillers tourisme des chambres d'agriculture peuvent vous accompagner sur la mise en place de votre projet. Contacts :
Calvados : Caroline KERVAREC – Tél. 02 31 70 25 00
Manche : Magali LAMBERT – Tél. 02 33 06 48 89
Orne : Maria MONTERO – Tél. 02 33 31 48 07
Eure : Sylvain QUERE – Tél. 02 32 78 80 53
Seine-Maritime : Stéphanie LUCAS – Tél. 02 35 59 47 47

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité