Aller au contenu principal

MOISSONNEUSE-BATTEUSE
VIDEO : Battage en bio : et si on décomposait le chantier

Largement répandue notamment au Canada, la décomposition du chantier de battage est désormais une réalité dans le Bessin. On la doit entre autres à l’ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) Cairon de Commes (14) qui a investi l’été dernier dans un pick-up spécifique.

BATTAGE BIO ETA CAIRON
Vu dans le Bessin cet été, ce drôle de pick-up équipant une New-Holland TX 64.
© TG

L’agriculture biologique a ses spécificités notamment des cultures multi espèces avec mélanges de céréales, protéagineux, oléagineux (...) qui n’arrivent pas à maturité au même moment. Pas facile dans ces conditions de trouver le bon compromis de la date de battage avec des épis en surmaturité ayant tendance à s’égrainer au vent et d’autres en sous-maturité qui, par excès d’humidité, vont avoir tendance à chauffer le tas. Si on y ajoute une moins bonne maitrise des adventices, donc plus de vert dans la coupe, les risques de bourrage de la machine vont diminuer le débit de chantier qui va s’ajouter à une qualité de battage aléatoire.

Une première expérience dans le Bessin cet été

Pour résoudre le problème, l’ETA Cairon a décidé d’équiper cet été sa batteuse New-Holland TX 64 d’un pick-up spécifique lui permettant de reprendre en douceur des andains coupés quelques jours auparavant par une andaineuse automotrice servant principalement au colza. Les surfaces travaillées ne permettent pas encore de tirer des conclusions définitives sur cette technique mais Didier Cairon semble plutôt optimiste. « Un bon débit de chantier sans bourrage et une qualité de battage dans le standard des cultures conventionnelles. Il faut désormais transformer l’essai au cours de la moisson 2021 sur une plus grande surface et une plus grande variété de mélanges », espère-t-il.
Dans le détail, le chantier décomposé constitue une alternative mécanique au chimique visant à obtenir une homogénéité de maturité des graines tout en accélérant le processus de dessiccation des tiges (de céréales ou d’adventices).
Un processus plus ou moins long suivant la nature du mélange, le niveau d’infestation des adventices et les conditions météorologiques sachant que la fenêtre de tir doit être sécurisée « sans pluie ».

Plus onéreux mais des économies potentielles

Côté prix de revient, il va de soi qu’une opération supplémentaire va générer un surcoût mais, parallèlement, le chantier décomposé peut signifier certaines économies. Un meilleur débit de chantier surtout avec un andaineur regroupant la fauche droite et la fauche gauche au centre, moins de frais de séchage qu’en système classique, une plus grande facilité de triage ultérieur, des graines d’adventices qui n’auront pas eu le temps d’arriver à maturité donc moins de salissement pour la culture suivante (...), listent notamment les défenseurs de cette technologie.
Reste que le chantier décomposé n’est pas l’apanage de l’agriculture biologique. En agriculture conventionnelle, plus particulièrement en colza,  et avec de grandes parcelles générant des décalages de maturité, cette offre pourrait faire de nouveaux adeptes. A voir lors de la moisson 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
SESSION CHAMBRE AGRI 14 - FAUNE SAUVAGE
La faune sauvage réunit contre elle l’envie d’une lutte collective
Les élus de la Chambre d’agriculture du Calvados étaient réunis en session, mardi 9 mars 2021, à Hérouville-Saint-Clair (14). Une…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
SESSION CHAMBRE AGRI 61 BIOGAZ
Chambre d’agriculture : une session qui sent le biogaz
Mercredi 10 mars 2021, la Chambre d’agriculture de l’Orne a voté une délibération relative à l’activité de méthanisation dans le…
Publicité