Aller au contenu principal
Font Size

Bétaillère : du sur-mesure télécommandé

Structure monobloc galvanisée et portes électriques télécommandées : le GAEC de la Guérinée a opté pour le haut de gamme au moment de renouveler la bétaillère. En travaillant avec une entreprise artisanale, ces éleveurs ont pu adapter cet investissement à leurs attentes. Fil conducteur de ce choix : une construction sur mesure.

llll Hydropont 8000... Derrière cette appellation futuriste se cache une bétaillère. L'équipement n'est pas si anodin qu'il y paraît. Les bétaillères ont aussi leur haut de gamme. Ses portes électriques et télécommandées rendent ce modèle unique.
Le pont est hydraulique. L'ensemble mesure 8 m de long et 2,20 m à
l'intérieur (2,55 m hors tout). Le PTC atteint 18 tonnes avec une charge utile de 12 tonnes. Avec une fabrication artisanale, l'entreprise Hédou (Manche) s'est adaptée aux demandes de Martial Harivel et Stéphane Lainé. Ces beaux-frères se sont associés en 2014, le cheptel est alors passé de 180 à 250 vaches allaitantes. Les deux hommes exploitent un parcellaire morcellé, dans le bocage ornais. Autour de la Carneille, une dizaine de kilomètres séparent les îlots. Le GAEC de la Guérinée voulait donc un équipement adapté et sécurisant. « Choisir un matériel de construction artisanale nous permettait d'adapter cette bétaillère à nos demandes particulières. On peut dire qu'elle a été fabriquée sur-mesure », explique Stéphane Lainé.

Une fabrication artisanale
Le GAEC de la Guériné s'est tourné vers l'entreprise Hédou, basée à Juvigny-le-Tertre. Ce fabricant joue la carte de l'écoute. Et le panel des services est large : des bétaillères avec système de pose au sol ou pont, des carrosseries pour porte-paille avec leur casquette hydraulique, des auges et contener en inox sur mesure, des outils agricoles (masse, lame), des remorques agricoles ou routières.
Martial Harivel et Stéphane Lainée ont eux axé leur choix sur la volonté d'éviter tout accident au travail. « Nous manipulons beaucoup d'animaux. Nous avons déjà pris quelques coups », témoignent les éleveurs. L'ouverture des portes de leur bétaillère est donc électrique, mais également télécommandée. « On évite les chocs en fermant les portes à distance. Nous avions observé ce système sur un véhicule poids lourd d'un négociant de bestiaux et ça nous a plu. Les systèmes hydrauliques se commandent sur le côté de la bétaillère. C'est trop long pour fermer. Là, on a la télécommande à la main. Hédou est l'unique fabricant à nous l'avoir proposé et nous ne reviendrions pas en arrière », justifie Stéphane Lainé.

Structure monobloc galvanisée
L'entreprise Hédou a été fondée en 1978. Cyrille l'a reprise avec son épouse en 2007. Ce fabricant artisanal emploie 5 personnes.
Outre l'Hydropont, la petite société propose un second modèle de bétaillère : l'Hydrosol. Comme son nom l'indique, elle se pose au sol pour charger les animaux. « Dans tous les cas, nous sommes sur une conception artisanale à l'écoute du client. Les squelettes sont constitués de tubulures galvanisées. La structure est toujours monobloc. Enfin, les bétaillères sont habillées de panneaux en aluminium ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité