Aller au contenu principal

Bien connaître chacune des espèces fourragères : la fétuque des prés

Lorsqu’on évoque les graminées fourragères, on se limite parfois à quelques grandes espèces qui dominent dans le paysage de la prairie temporaire comme les ray-grass (anglais, d’Italie et hybride), le dactyle et la fétuque élevée.

Fé́tuque des prés pâturé́e par des vaches latières.
Fé́tuque des prés pâturé́e par des vaches latières.
© GNIS

Il est important de rappeler qu’il existe d’autres espèces un peu moins connues et moins utilisées alors qu’elles présentent souvent un grand intérêt pour des usages spécifiques et des conditions pédoclimatiques particulières.

La fétuque des prés, particulièrement adaptée aux prairies humides
Il convient tout d’abord de ne jamais utiliser le nom fétuque seul, mais de préciser fétuque élevée ou fétuque des prés qui sont deux plantes très différentes.
Il existe aussi d’autres fétuques, notamment la fétuque ovine et la fétuque rouge, qui présentent un intérêt fourrager quasi nul mais qui sont par contre des espèces présentes dans les gazons.
La fétuque des prés possède de très bonnes valeurs alimentaires, similaires à celles du ray-grass anglais. Si son appétence est légèrement moins élevée, il est important d’insister sur deux points qui vont en faire une plante particulièrement intéressante et complémentaire du ray-grass anglais.


La fétuque des prés bien adaptée en association avec le ray-grass anglais
Tout d’abord la fétuque des prés est très bien adaptée aux excès d’eau hivernaux. Elle valorise donc très bien les prairies humides. D’autre part, contrairement au ray-grass anglais dont la pousse cesse au-dessus de 25°, la fétuque des prés continue de produire jusqu’à 30 à 33° s’il reste un fond d’humidité. Il est parfois dommage de voir des parcelles de ray-grass anglais dont la production est stoppée par la chaleur alors que le sol présente encore une bonne réserve utile en eau. C’est pourquoi une association des 2 plantes est très pertinente, regroupant ainsi l’appétence du ray-grass anglais et le relais pris par la fétuque des prés lorsque la température s’élève. Cela permet de maintenir une réelle production fourragère en été dans les secteurs les plus humides de la parcelle et qui le restent en cette saison.

La fétuque des prés bien adaptée en association avec une légumineuse
Au mélange fétuque des prés/ray-grass anglais, on peut aussi associer des légumineuses : le trèfle blanc et le trèfle hybride. Si le trèfle blanc est bien connu par sa valeur et son rôle de moteur de la prairie, le trèfle hybride l’est tout autant en zone humide ou simplement fraîche. Le trèfle hybride est une espèce à part entière que l’on trouve dans les milieux naturels, bien qu’elle porte le nom « hybride ». Il est bien adapté aux zones humides, contrairement au trèfle blanc qui aime les sols sains. C’est une des rares légumineuses adaptées à ces milieux pour un usage en pâturage.
La fétuque des prés est donc particulièrement intéressante en mélange. Sa pérennité est de 4 à 5 ans. Sa vitesse d’implantation est toutefois un peu plus lente que les autres espèces. Les semences peuvent être achetées sous forme de « mélange » ou bien il est aussi possible pour l’éleveur d’acheter des espèces pures et de les mélanger lui-même. Pour ce faire, il est important de tenir compte du PMG (poids de mille grains). Le PMG de la fétuque des prés est similaire à celui du ray-grass anglais diploïde, soit environ 2 grammes, soit 500 graines dans un gramme.
Pour aider à la conception personnalisée d’un mélange, le GNIS a mis en ligne un convertisseur PMG/peuplement de plantes sur www.herbe-actifs.org.
Les caractéristiques des variétés de fétuques des prés sont consultables simplement sur www.herbe-book.fr.
La fétuque des prés est donc une espèce qui est intéressante pour répondre à des conditions pédoclimatiques particulières et à des usages spécifiques. Elle permet de valoriser des parcelles fraîches ou humides voire inondables. Une bonne pousse estivale est possible même en température élevée si le sol reste humide pendant cette saison. Sa haute valeur alimentaire convient au pâturage d’animaux exigeants comme les vaches laitières. Elle est un excellent constituant dans les mélanges multi espèces.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Publicité