Aller au contenu principal

“Bien faire et le faire savoir” toujours plus d’actualité !

Depuis presque 15 ans maintenant, la Charte des bonnes pratiques garantit la manière dont les éleveurs pratiquent leur métier.

Malgré une moindre pénétration en cheptel allaitant, notamment chez les naisseurs, elle s’impose progressivement en élevage laitier. Pour autant, au regard du grand public, cet outil d’information demeure encore insuffisamment connu rendant la communication toujours plus nécessaire.

Point de situation en Basse-Normandie

Fin 2014, près de 7 000 éleveurs bas normands étaient adhérents à la Charte de bonnes pratiques d’élevage. Compte tenu de la diminution du nombre d’éleveurs, le taux d’adhésion des éleveurs sur notre région est donc en augmentation.27 organismes de terrain représentant 154 techniciens, partenaires de cette démarche dans la région (laiteries, organisations de producteurs, organismes de conseil en élevage, Chambres d’agriculture, services identification, Groupements de défense sanitaire), ont réalisé sur l’année 2014 près de 3 100 visites.73 % de ces visites ont été validées avec des marges de progrès.  Le nombre de validations “Tout OK” diminue régulièrement depuis 2012 pour représenter en 2014, 1/3 des visites. La diminution normale du nombre de visites validées “Tout OK” fait suite à la mise en place de la nouvelle version en 2012 introduisant des margés de progrès. Sur 2015, du fait des deuxièmes visites en ferme depuis 2012, ce nombre de visites “Tout OK” devrait donc ré augmenter, traduisant cette fois-ci la professionnalisation des élevages.


95 % de taux de pénétration en lait  contre 71 % en viande

Au plan national, chez les éleveurs laitiers et mixtes à plus de 20 VL, 95 % sont adhérents à la Charte des bonnes pratiques soit 58 800 adhérents. Le paysage de la charte chez les éleveurs allaitants et mixtes à plus de 20 VA est plus mitigé avec un taux de pénétration national à 65 % soit 31 400 élevages adhérents.En Basse-Normandie, même si le taux est identique en lait, il est nettement supérieur en viande puisqu’il atteint 71 % contre 65 % au plan national grâce, notamment, à une forte implication des OP Viande du secteur.La progression de 6 % de ce taux depuis 2012 est nette chez les producteurs de lait. En revanche, en viande, le taux de 70 % ne progresse pas puisqu’il était de 71 % en 2012.

En 2015 : une communication sur les services rendus à la société par l’élevage

Au-delà de la fourniture de denrées alimentaires de qualité, l’impact positif de l’élevage sur nos territoires est parfois méconnu, et très souvent sous-estimé. Pourtant, les services fournis témoignent de la richesse du métier et de la nécessité du maintien de cette activité pour nos territoires. Des paysages, de la biodiversité, de l’emploi, du dynamisme rural sont produits et une multitude de services sont rendus à la société.Une brochure va donc être distribuée dans les élevages adhérant à la Charte des bonnes pratiques courant été. Elle a pour but d’illustrer la diversité des services rendus à la société, quels que soient le système de production ou la localisation géographique des exploitations et de la faire connaître auprès du plus grand nombre.Conduire un élevage requiert un large savoir-faire professionnel pour assurer la sécurité et la qualité des aliments ainsi que beaucoup d’autres services rendus. Cette réalité est souvent méconnue. Le dialogue avec les citoyens au travers d’engagements crédibles et vérifiables formulés par les éleveurs reste un des moyens les plus efficaces de faire connaitre cette réalité dont les éleveurs peuvent être fiers.

Pourquoi adhérer à la Charte des bonnes pratiques d’élevage ?
- Pour progresser sur ses pratiques d’éleveur.
- Pour remettre en question ses pratiques si elles ne correspondent pas aux engagements prévus  et obtenir des conseils spécifiques sur ces pratiques.
- Pour être en accord avec la réglementation en la connaissant et ainsi être mieux préparé à un éventuel contrôle conditionnalité.
- Pour bénéficier de l’appui d’un conseiller dans de nouveaux domaines : environnement, sécurité, sanitaire, etc.
- Pour participer à une démarche collective de valorisation du métier d’éleveur et des  productions auprès du grand public.
- Dans certaines filières, pour bénéficier de plus- values sur le lait ou la viande.
- Pour réaliser une première étape vers une démarche qualité viande.
- Pour avoir accès à certaines aides.


Je me teste

Rendez-vous sur : http://www.charte-elevage.fr/ details

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Eleveur laitier à bout de souffle : il s'en est sorti et il témoigne
Marcel, 35 ans, s’est installé en Gaec en 2009, dans le bocage ornais. Entre les investissements, l’installation d’une troisième…
panneaux solaires
Soleil 14, ou le cadastre solaire pour tomber dans le bon panneau
Soleil 14 est portée par le Syndicat départemental d’énergies du Calvados et les 16 intercommunalités du département. La…
Filière bovine - CONTRACTUALISATION
Contractualisation obligatoire des bovins : explications avec la FNB
Entre perte de liberté et visibilité sur trois ans, la contractualisation - obligatoire le 1er janvier 2022 - entre les éleveurs…
500 ch en bord de mer
Vincent Michel, ferme de la Saline dans le Calvados, a commandé avant l’été, le Fendt Vario 1050. Il est arrivé dans la cour de…
RENCONTRE FILIERE PORCINE FRSEA NORMANDIE
La production porcine à l’heure de la loi Egalim 2
Egalim 2, fin de la castration, crise du porc… les sujets n’ont pas manqué pour animer la réunion organisée par la FRSEA de…
Littoral Normand Déleg Génisses
Déleg Génisses : un service à la hauteur des attentes et en devenir
Un peu plus d’un an après son lancement par Littoral Normand, retour bilanciel sur Déleg Génisses, un service de délégation d’…
Publicité