Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Formation
Bien s’y préparer collectivement pour éviter les désillusions

S’associer en agriculture.

© CA 50

Les structures d'exploitation évoluent, le rapport au temps de travail aussi. Ces évolutions se traduisent notamment par  l'augmentation du nombre d'exploitations sociétaires. Toutefois, les dissolutions de sociétés se multiplient également, souvent liées à des problèmes relationnels, pas toujours liés à des difficultés économiques. Ces difficultés d’entente entre associé(e)s pourraient être atténuées si tous se préparaient à travailler et décider collectivement.


Se poser les bonnes questions…

Avons-nous des personnalités qui s’accordent ? Que voulons nous réussir ensemble ? Que ça fonctionne et que chacun se sente bien. Oui, mais encore ? C’est quoi les besoins de chacun pour se sentir bien ?Se former, c'est non seulement acquérir des connaissances techniques et économiques mais c'est aussi se poser des questions sur soi et sa capacité à travailler avec les autres. Depuis quelques années, les Chambres d'agriculture des départements normands proposent des formations et des accompagnements personnalisés permettant aux (futurs) associés de bien se préparer, d’anticiper, et prévenir les éventuels problèmes. Il apparaît essentiel que l'ensemble des associés soit présent lors de ces formations collectives et ainsi que chacun prenne conscience de sa place au sein de la société et se dote d'outils et méthodes pour faciliter l'entente et l'organisation du travail. 
4 groupes d’éléments importants pour créer un socle solide de développement de la société :

- Echanger, dialoguer, bannir les non dits !

- Clarifier la place de chacun, mettre les choses à plat dès le départ, poser des gardes fous.

- Développer la confiance mutuelle, clé de voûte de la société.

- Avoir une vision partagée de l’exploitation à long terme.


Des formations sur mesure

Les formations sont personnalisées et répondent aux problématiques et projets de chacun. Réflexions collectives ou individuelles, jeux de rôle, témoignages créent un dynamisme contagieux et une belle émulation. Concrètement les participants s'expriment et travaillent sur leur propre règlement intérieur, la mise en œuvre d'un projet commun, la prise de décision à plusieurs (sans frustration des uns ou des autres), la communication au quotidien… Sans oublier les trucs et astuces pour réussir une réunion. Une écoute bienveillante de tous permet à chacun de s’exprimer. Pour que l’agriculture de groupe devienne une formidable aventure humaine et parce qu'une société qui fonctionne, c'est avant tout une société où les associés communiquent et s'entendent, n'attendez plus : investissez dans la formation ! Très bon rapport qualité prix, surtout avec le crédit d’impot !

Regards croisés

Benoît, JA en cours d'installation et Alain, père de Benoît, agriculteur exploitant, en GAEC depuis 1987. Tous deux ont participé à une session organisée fin 2011 par la Chambre d'agriculture de la Manche.
- Benoît : “A la base, je suis venu en formation parce qu'on me l'a préconisé lors de mon entretien PPP (Plan de Professionnalisation Personnalisé). Je n'avais pas d'attentes particulières mais au cours de la formation, j'ai appris pas mal de choses. Je ne suis pas déçu. Au contraire, ça m'a appris à essayer de cerner et comprendre mes futurs associés, connaître leurs motivations, leurs points de vue. J'ai beaucoup appris sur le règlement intérieur et les autres documents juridiques parce qu'avant la formation, je ne connaissais pas ces documents. A l'école, on n'en parle pas. Depuis la formation, on organise régulièrement des réunions avec l'ensemble des associés notamment en ce qui concerne mon installation. Avec du recul, je me rends compte que l'idéal aurait été de venir avec tous les associés pour que tout le monde discute et réfléchisse en même temps”.


- Alain : “J'ai participé à la formation avant tout parce que, mon fils entrant dans le GAEC, je souhaitais que tout le monde soit au diapason c'est-à-dire faire attention, nous installés depuis plusieurs années, à ne pas être un “obstacle” à la bonne intégration de Benoît. Pour moi, c'était important de l'accompagner et ça m'a permis de me rafraîchir la mémoire sur certaines choses (calcul de la valeur de la part sociale…) mais aussi d'avoir un aperçu plus concret du parcours à l'installation. Le déroulement était à la fois sérieux et ludique. Suite à la formation, nous avons visité des bâtiments d'exploitations et on a donc pu avoir quelques idées pour notre projet d'agrandissement de bureau”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité