Aller au contenu principal

Abattoir de Vire
Bientôt une solution

A Vire, l’abattoir attend toujours un repreneur. C’est un dossier suivi par Patrice Lepainteur et Alain Lebaudy (FDSEA). Pour mémoire, les abattoirs de Vire ont été placés en liquidation judiciaire en septembre dernier. L’outil avait été inauguré en septembre 2006.

Apparemment, il y aurait eu une proposition de transmise. Avec Alain Lebaudy, nous avons rencontré lundi un représentant de la communauté de communes de Vire.
Apparemment, il y aurait eu une proposition de transmise. Avec Alain Lebaudy, nous avons rencontré lundi un représentant de la communauté de communes de Vire.
© TG
Quelle est la situation aujourd’hui ?
Patrice Lepainteur : Le liquidateur recherche toujours un repreneur. Apparemment, il y aurait eu une proposition de transmise. Avec Alain Lebaudy, nous avons rencontré lundi un représentant de la communauté de communes de Vire. Nous lui avons dit notre agacement et notre inquiétude face à une telle lenteur. Collectivités locales, bouchers, éleveurs, salariés : toutes les volontés sont réunies pour la reprise de l’activité. Il faut désormais des prises de décision.

Les élections municipales sont passées. L’abattoir ne risque-t-il pas d’être oublié ?
P.L. : Nous n’avons pas bougé pendant la campagne car nous ne souhaitions pas nous immiscer dans les élections. Nous ne voulions pas que certains récupèrent le problème de l’abattoir. Aujourd’hui, l’outil ne peut pas être abandonné. La CDC, les Conseils généraux et régionaux étaient caution de l’emprunt. Le contribuable a commencé à payer.

Les professionnels se passent actuellement de l’abattoir. N’est-ce pas le principal danger pour la survie de l’outil ?
P.L. : Je ne sais pas si on s’en passe. On trouve surtout des solutions de dépannage. Vire, c’était un  peu le fleuron de la qualité. Nous souhaitons retrouver ce savoir faire. C’est l’intention prononcée de tous les acteurs du dossier. Tout le monde tire dans le même sens. De notre côté, nous avons organisé une réunion d’information et rencontré plusieurs fois les personnes concernées. Il faut toujours essayer et continuer d’oser. C’est aussi ça le syndicalisme.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
CIRCUITS COURTS PORTES OUVERTES
Des caissettes à la ferme au magasin de détail
Sébastien, Héloïse et Benjamin Allais développent leur vente directe à Occagnes (61) avec la construction d’un nouveau magasin.…
Publicité