Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Abattoir de Vire
Bientôt une solution

A Vire, l’abattoir attend toujours un repreneur. C’est un dossier suivi par Patrice Lepainteur et Alain Lebaudy (FDSEA). Pour mémoire, les abattoirs de Vire ont été placés en liquidation judiciaire en septembre dernier. L’outil avait été inauguré en septembre 2006.

Apparemment, il y aurait eu une proposition de transmise. Avec Alain Lebaudy, nous avons rencontré lundi un représentant de la communauté de communes de Vire.
Apparemment, il y aurait eu une proposition de transmise. Avec Alain Lebaudy, nous avons rencontré lundi un représentant de la communauté de communes de Vire.
© TG
Quelle est la situation aujourd’hui ?
Patrice Lepainteur : Le liquidateur recherche toujours un repreneur. Apparemment, il y aurait eu une proposition de transmise. Avec Alain Lebaudy, nous avons rencontré lundi un représentant de la communauté de communes de Vire. Nous lui avons dit notre agacement et notre inquiétude face à une telle lenteur. Collectivités locales, bouchers, éleveurs, salariés : toutes les volontés sont réunies pour la reprise de l’activité. Il faut désormais des prises de décision.

Les élections municipales sont passées. L’abattoir ne risque-t-il pas d’être oublié ?
P.L. : Nous n’avons pas bougé pendant la campagne car nous ne souhaitions pas nous immiscer dans les élections. Nous ne voulions pas que certains récupèrent le problème de l’abattoir. Aujourd’hui, l’outil ne peut pas être abandonné. La CDC, les Conseils généraux et régionaux étaient caution de l’emprunt. Le contribuable a commencé à payer.

Les professionnels se passent actuellement de l’abattoir. N’est-ce pas le principal danger pour la survie de l’outil ?
P.L. : Je ne sais pas si on s’en passe. On trouve surtout des solutions de dépannage. Vire, c’était un  peu le fleuron de la qualité. Nous souhaitons retrouver ce savoir faire. C’est l’intention prononcée de tous les acteurs du dossier. Tout le monde tire dans le même sens. De notre côté, nous avons organisé une réunion d’information et rencontré plusieurs fois les personnes concernées. Il faut toujours essayer et continuer d’oser. C’est aussi ça le syndicalisme.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité