Aller au contenu principal

Orne
Bienvenue à la ferme : partager notre passion avec le public

Ce week-end du 21 et 22 avril, une centaine de fermes normandes ont ouvert leurs portes dans le cadre du printemps de Bienvenue à la ferme. Visite chez l’une d’entre elles : les vergers de la Morinière, au cœur du Pays d’Auge ornais.

© AD
Ce dimanche après-midi 22 avril, le devoir électoral et les giboulées éparses, n’auront pas freiné les visiteurs, qui se sont rendus assez nombreux aux vergers de la Morinière, à La Fresnaie-Fayel dans l’Orne. Astrid Hubert dresse son propre bilan de ce week-end spécial qui a vu près de 100 fermes normandes du réseau Bienvenue à la ferme ouvrir leurs portes. “Nous avons eu du monde samedi matin, et une très bonne fréquentation tout au long de ce dimanche. C’est intéressant d’ouvrir ses portes au public, et pas seulement pour les bouteilles de cidre que nous vendons à la fin de la visite. Cela nous permet de partager notre passion et de montrer tout le travail lié à notre métier. Si les récoltes et la fermentation n’ont lieu que d’octobre à décembre, suivent les travaux de taille, de plantation et la commercialisation”. Les vergers de la Morinière distribuent en effet leurs produits dans les restaurants et magasins spécialisés en France et dans plusieurs pays d’Europe. “Je parle anglais et je comprends les chiffres en allemand”, sourit Astrid.
Pour Astrid Hubert, le cidre, c’est une affaire de famille. Elle est la cinquième génération à tomber dans les pommes de l’entreprise familiale. Avec son mari et un salarié, elle cultive près de 50 ha de vergers dont 7 ha conduits en basse tige. Les récoltes de la ferme sont suffisantes pour satisfaire les besoins de l’entreprise, leur donnant ainsi le droit au statut de propriétaire récoltant. La ferme produit 4 000 bouteilles de calva par an et 70 000 de cidre.

Cultiver la diversité
“Nous avons 45 variétés différentes, détaille Astrid Hubert. C’est l’héritage des hautes tiges plantées à partir de simples pépins par mon grand père. Nous continuons d’entretenir cette diversité. Cela nous permet d’être moins sensibles à l’alternance (nous ne réalisons pas d’éclaircissage), d’étaler les récoltes, et d’avoir une large gamme de goûts pour réaliser nos assemblages”. Les exploitants attachent une importance toute particulière à la saveur de leurs produits, et élèvent leurs productions à la manière des grands vins. Le mari d’Astrid est d’ailleurs titulaire d’un BTS viticulture et oenologie. Il a eu plusieurs expériences professionnelles dans le secteur. Les pommes ne sont récoltées qu’à pleine maturité, lorsque l’amidon de la pomme a été quasi intégralement transformé en sucre. Avant le pressage, un premier assemblage est réalisé, par un mélange judicieux de différentes variétés de pommes. Chaque tournée de jus est ensuite goûtée, et un assemblage est encore réalisé avant fermentation. Une fois la fermentation effectuée, rebelote avant la mise en bouteille. Pour le cidre d’appellation du “Pays d’Auge”, les pommes sont râpées et laissées en macération. C’est ce qui va donner la belle couleur orangée typique de ce cru. Pour le calva, “chaque fût de chêne développe ses propres arômes A nous de tirer le meilleur parti de ces différences”, explique Astrid.
Cette année, les producteurs s’attendent déjà à une production de pommes décevante par rapport à la récolte abondante de 2011. Ce mois d’avril est trop froid, alors que c’est le plein démarrage de la période de floraison. Les fleurs aiment d’autant moins cela, que le froid rend les abeilles paresseuses, et vu les conditions climatiques, le deuxième apiculteur, avec qui travaille le verger, hésite à déplacer ses ruches à la Morinière. Chaque année est différente, et c’est le professionnalisme des exploitants qui permet de faire la différence avec une production amateur, qui pourra être excellente une année et décevante celle d’après. Aux vergers de la Morinière, on s’adapte à chaque millésime, pour extraire le meilleur parti des pommes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Prix du lait juillet 2022 : le compte n’y est vraiment pas selon Ludovic Blin
Alors que la hausse des prix du lait a tardé à s’enclencher, la mécanique se grippe et les principaux opérateurs de la filière…
Mesures de restriction d’eau dans le Calvados
La situation hydrologique et hydrogéologique était déjà défavorable début juillet 2022. L’absence de précipitation ainsi que les…
Moisson 2022 : dernière ligne droite
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 25 …
Coquillages et préjugés : Anaïs, portrait d’une reconvertie
Le Comité régional conchyliculture (CRC) a lancé sa campagne de communication ConchyQuoi en mai 2022 sur les réseaux sociaux. Des…
Moisson 2022 : rapide et en avance
Toutes les semaines, nous proposons un point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne. Lundi 18 …
Sécheresse - Prix du lait - FDSEA-JA 50
Sécheresse 2022 : les agriculteurs face à une « situation critique »
La FDSEA et les Jeunes agriculteurs de la Manche ont tiré la sonnette d’alarme, lundi 8 août 2022 à Saint-Lô, sur les difficultés…
Publicité