Aller au contenu principal
Font Size

Bio : le lait de deux fermes en un même produit

Appartenant au réseau « Invitation à la ferme », Adrien Lechartier, Olivier et Alexis Trublet proposent d'assister à la traite d'un soir pour échanger sur leurs pratiques et la valorisation en yaourts, crème desserts et riz au lait.

© SB

Deux exploitations situées à quelques kilomètres l'une de l'autre, sur la commune de Saint-Senier-sous-Avranches, ont décidé de s'associer uniquement sur la partie de la valorisation du lait. Ils ont commencé à produire leurs premiers yaourts pour Noël 2015. Et depuis, la production ne cesse d'augmenter.

Deux exploitations distinctes
Ce schéma  est peu commun. Adrien Lechartier est installé depuis 2003 sur la ferme des petites Echommes, où la Pivette prend sa source. Il a repris l'exploitation familiale tout en prenant le virage de l'agriculture biologique en 2011, en étant désormais à la tête d'un cheptel de 35 vaches laitières Prim' Holstein et Canadiennes, sur 40 ha avec une référence laitière de 250 000 l.
A quelques pas, Olivier Trublet, installé depuis 1989, s'est associé avec son fils, Alexis en 2015. Comme il n'y avait plus d'activité sur le site pendant plusieurs années, le père et le fils ont remonté l'activité laitière en optant sur la Jersiaise, une vache « hyper efficace », dont le lait est riche. L'exploitation de 65 ha, en compte une soixantaine, produisant la même référence que leur collègue.

Mutualiser les forces
Les paysans avaient en tête un projet de valorisation. Et c'est à une réunion d'information que les deux jeunes se sont retrouvés. Alors, « nous avons décidé de mutualiser nos forces plutôt que de se faire concurrence » se rappelle Adrien Lechartier. « J'ai besoin de mes collègues » assure-t-il. Chacun a gardé son indépendance sur son exploitation. Ils se sont associés uniquement sur la partie de la transformation et de la valorisation. « Une première dans le Sud-Manche » reconnaît le paysan de la ferme des petites Echommes. Au total, au cours de l'année dernière, ils ont transformé 40 000 l en yaourts, crèmes dessert et riz au lait sous le nom « Pivette et Palorette ».

Des objectifs explosés
Un an après, le bilan est positif. L'activité progresse au fil des mois puisqu'ils ont transformé autant sur le premier trimestre 2017 que sur l'année 2016. Même s'ils sont toujours sur une phase de démarrage, les trois paysans sont plutôt contents. « On a explosé nos objectifs » soulignent-ils. Et en mutualisant, ils ont créé des emplois. Au total, ils sont sept personnes à travailler sur les deux sites, et la transformation. Leurs produits se retrouvent dans les grandes surfaces, les magasins spécialisés ou encore en restauration collective. A cela s'ajoute un drive fermier auquel d'autres producteurs se sont joints sous le nom les Pasysans bio de la Baie. Chacun peut ainsi concocter son panier avec différents produits.

La fierté d'être paysan
Que ce soit Adrien Lecahrtier ou la famille Trublet, la valorisation a toujours été une envie. « En s'associant, cela minimise les risques. Et on est plus performant » note Alexis Trublet. L'effet réseau a aussi son importance. Ils ont opté pour « Invitation à la ferme ». Et grâce au technicien process, ils ont pu bénéficier des recettes. « On groupe aussi les commandes » indique Alexis Trublet. Autrement dit, dès le départ, ils ont bénéficié de l'expérience du réseau « sinon on patinerait encore ». Mais la progression de l'activité est signe d'un développement certain.

Le réseau « Invitation à la ferme »
Le réseau compte 68 salariés et fermiers, 490 points de vente.
Pour faire connaître les adhérents, créer du lien entre le monde agricole et les consommateurs, une traite d'un soir est ouverte au grand public. « C'est le moyen d'expliquer concrètement comment nous élevons nos vaches et produisons nos yaourts et fromages » notent les responsables du réseau. « Nous produisons sur nos fermes avec le lait de nos animaux pour livrer en circuit court et en toute transparence. En achetant nos produits, le consommateur sait exactement où a été fabriqué le produit et avec quel lait ! »
Contact : Corinne Charote - 07 83 59 80 07
corinne@invitationalaferme.fr
Enfilez vos bottes et venez visiter nos fermes :
www.invitationalaferme.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité