Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cinq tracteurs pour ETA et CUMA
Blanchard Normandie livre 1650 chevaux

Ils sont impressionnants par leur puissance ou leurs dimensions, mais paradoxalement ce sont des tracteurs économiques face aux tâches qui les attendent. La semaine dernière, à Saint-Gilles, non loin de Saint-Lô, les établissements Blanchard, implantés en Normandie depuis 1919, ont livré à des entreprises de travaux Agricoles et une CUMA familiale de la Manche et du Calvados, leurs derniers bijoux en la matière, cinq tracteurs New Holland de la série T 8 allant de 300 à 390 chevaux.

Les heureux propriétaires des premiers T8, de 300 à 390 chevaux, livrés par Blanchard Normandie posent sur le site de Saint-Gilles..
Les heureux propriétaires des premiers T8, de 300 à 390 chevaux, livrés par Blanchard Normandie posent sur le site de Saint-Gilles..
© ec
Présentée au dernier SIMA, la série T 8 change carrément les règles en matière de tracteur. C’est le seul engin de sa catégorie à allier la stabilité d’un empattement long  avec la maniabilité d’un empattement court. Marc Simon, directeur de Blanchard Normandie, souligne, «Nous sommes satisfaits d’avoir vendu ces grosses puissances qui répondent à une demande d’une partie de notre clientèle. Je tiens à souligner qu’il s’agit pour cette livraison de cinq nouveaux clients. Les T8 sont équipés d’une nouvelle motorisation qui fait la différence grâce à la technologie de pointe « ECOBlue SCR » mise au point par New-Holland pour le respect de la norme « Tier 4 ». En clair, cela signifie que le moteur bénéficie d’une exceptionnelle aspiration, générant un avantage significatif en terme de performance . À noter que tous les modèles bénéficient de la surpuissance EPM, offrant jusqu’à 49 chevaux de plus sur le T8 de 390 chevaux, pour les utilisations intensives de la prise de force, du système hydraulique ou du transport.
Mais ce sont les coûts d’exploitation qui intéressent les utilisateurs au quotidien de ce type de tracteur. « Nous les avons diminués de 17% grâce à « ECOBLUE », lorsqu’ils sont comparés aux modèles existants Tier 3. C’est la résultante d’une consommation en carburant optimisée, de la réduction des régimes moteur de travail (seulement 1800 tours/minute à la prise de force) et des intervalles de maintenance augmentés de 100% ».

Traction et adhérence
Le confort, et il est important lorsqu’on est des heures dans une cabine, n’a pas été oublié. La disposition des instruments et commandes de conduite a été revue pour un maximum d’efficacité. Pour Marc Simon et toute l’équipe New Holland « Blanchard Normandie », l’arrivée sur le marché de la série T8 « s’apparente au socle d’un édifice que nous construisons sur les grosses puissances ». Du côté des utilisateurs, nouveaux clients de Blanchard Normandie rappelons-le, quatre ETA (SARl Couture ETA à Tracy Bocage, SARL TPAB à Brécey, ETA Sylvain Durant aux Oubeaux et Patrick Morel, Saint Nicolas des Bois) et une Cuma familiale, celle d’Olivier Hoste (Bourguébus), ces tracteurs de 300 à 390 chevaux ont été choisis en raison d’une excellente adhérence, d’une traction optimum, notamment lors des déchaumages ou des semis mais surtout d’une fiabilité engendrée par l’expérience de New Holland en matière de construction et de Blanchard Normandie sur l’entretien et la rapidité d’intervention,  par le biais d’un service d’astreinte. “Nous sommes concessionnaire avec, avant tout, un service de proximité et des techniciens opérationnels à tous les niveaux et sur tous les matériels. Ils effectuent environ 4000 heures de formation par an”. Dernier point et non des moindres, Blanchard Normandie s’investit dans l’emploi local par l’embauche de jeunes techniciens. “10% des 350 employés sont en formation par  alternance. Sur cinq jeunes ayant terminée leur formation « BTS », quatre sont restés avec nous”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité