Aller au contenu principal
Font Size

Blanchard Normandie : une offre de services redimensionnée

Demain, vendredi 19 septembre, Blanchard Normandie (distributeur New Holland et Kuhn) ouvre les portes de son nouveau siège de Condé-sur-Vire (50). 26 000 m2 au total dont 5 000 m2 couverts au service d'une agriculture en pleine mutation.

En regroupant ses sites de St-Gilles (Manche) et St-Martin-des-Besaces (Calvados), Blanchard Normandie investit dans une nouvelle implantation pour encore mieux s'adapter au marché de demain . L'agriculture est en pleine mutation. Certains acteurs majeurs de l'agroéquipement anticipent. Rencontre avec Marc Simon, directeur général de Blanchard Normandie.

Vous ouvrez demain un site flambant neuf. Qu'est-ce qui a guidé votre réflexion et motivé un tel investissement ?
L'agriculture française, et particulièrement l'agriculture bas-normande, est en pleine mutation. La fin des quotas laitiers, c'est pour demain. Parallèlement, la réforme de la PAC risque fort de bouleverser la donne. Nous avions donc une obligation d'anticipation pour répondre aux nouvelles attentes de nos clients agriculteurs.

Ces nouvelles attentes, vous les avez ciblées ?
Au-delà de la qualité des marques que nous commercialisons, je citerai la qualité de service. Cela signifie du professionnalisme et de la réactivité. Le matériel est de plus en plus performant mais de plus en plus sophistiqué aussi. Pendant ce temps, pour travailler dans des conditions optimales et parce que les surfaces augmentent, les agriculteurs sont en quête de rapidité. Il nous faut donc du personnel de mieux en mieux formé, une logistique adaptée et enfin une grande proximité terrain.

Vous évoquez la notion de proximité mais en regroupant deux sites en un, vous vous éloignez de certains clients ?
Condé-sur-Vire est quasiment à égale distance de St-Gilles et de St-Martin-des-Besaces. Le choix de ce site ne doit rien au hasard. Il est alimenté par 4 entrée-sorties routières. Des départementales qui procurent une bonne accessibilité aux automoteurs (tracteurs, ensileuses, moissonneuse-batteuses, téléscopics), mais aussi par l'A84 pour les déplacements en voiture ou en camion. Nous sommes à 35 minutes de Caen ou d'Avranches, à 45 minutes de Valognes...

Ce regroupement, c'est aussi une aventure humaine. Pas trop de freins psychologiques de ce côté ?
Le changement d'habitudes génère toujours quelques inquiétudes mais le Groupe Blanchard, un des leaders français de la distribution de matériels agricoles et de TP (Travaux Publics), c'est aussi un esprit d'entreprise. Esprit d'entreprise déjà partagé à St-Gilles et à St-Martin-des-Besaces. Cette mutation ne peut que venir le renforcer. Nos 35 salariés (5 vendeurs, 7 magasiniers, 5 administratifs et 18 mécaniciens) vont évoluer dans un environnement optimum. Les conditions de travail sont idéales : chauffage, luminosité, salle de formation, système de communication... Nous nous inscrivons dans la durée. C'est un message fort destiné aussi bien à nos clients qu'à nos collaborateurs.

Pour l'agriculteur, la CUMA ou l'entrepreneur et outre la géographie, quels changements ?
Les clients nous reconnaissaient une bonne qualité de service. Nous avons encore une marge de progression et souhaitons développer de nouveaux services. Le fait de disposer d'une seule équipe plus étoffée plutôt que deux, va nous permettre d'élargir par exemple nos horaires d'ouverture et nos fenêtres d'astreinte en pleine saison.
Parallèlement, notre hall de réception de colis ouvert la nuit et nos 25 000 références en stock offrent une garantie maximale en terme de disponibilité.
Je citerai enfin l'importance des surfaces couvertes pour abriter le matériel que nos clients nous confient en révision et le matériel d'occasion.

Dès demain, chacun pourra visiter ce nouveau site. Quelles en sont les principales caractéristiques ?
Dès demain, soit le vendredi 19 septembre, nous aurons le plaisir d'accueillir et présenter à chaque client les caractéristiques de ce nouveau site : un espace accueil clients, un libre-service professionnel de 500m², un show-room de 150m² pour présenter les nouveautés matériels, un bâtiment stockage pièces de 800m² sur 2 étages avec passerelles et racks, un espace de stockage spécifique pour les pièces lourdes et parfois odorantes (pneu, ficelle, bâche, masse, lubrifiants, etc). Un atelier de 2000m² avec 17 postes tracteurs et 8 postes récolte (chacun étant muni d'un distributeur d'air comprimé et d'huile avec bac récupérateur), 2 ponts roulants de 35 x 22m, des portes d'accès de 8m de large, une aire de béton extérieure de 750m² pour réaliser des essais de freins et rayon de braquage et un bâtiment de stockage occasion... Précisons enfin, qu'à une exception près, tous les travaux ont été réalisés par des entreprises locales.

Quid des anciens sites ?
St-Gilles est fermé depuis mercredi, St-Martin-des-Besaces fermera à la mi-octobre. Des sites dont nous n'étions que locataires.

D'autres projets en perspective ?
Une inauguration officielle au printemps et l'ouverture d'un point service au nord d'Avranches en octobre prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
JA NORMANDIE
JA Normandie renouvelle son bureau
Après les élections départementales, JA Normandie a élu son nouveau bureau mardi 23 juin. Questions à Alexis Graindorge qui…
SAFER - JA NORMANDIE
Safer et JA de Normandie luttent contre l’accaparement des terres
En attendant une loi foncière, Safer et JA de Normandie s’organisent pour lutter contre le transfert opaque des terres. En 2019,…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Bureau JA 50
" Il y a encore des lignes à faire bouger "
Les JA de la Manche ont élu leur nouveau bureau vendredi 12 juin. A la tête de la structure, Luc Chardine, éleveur laitier en…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité