Aller au contenu principal

Culture/élevage
Blé trop humide : pensez à l’inertage

Blés récoltés humides, germés, à faible PS..., l’inertage présente une alternative.

Compte tenu des conditions actuelles de récolte des blés, il peut être intéressant de broyer et stocker les blés à la récolte avec des taux d'humidité assez élevés.
Compte tenu des conditions actuelles de récolte des blés, il peut être intéressant de broyer et stocker les blés à la récolte avec des taux d'humidité assez élevés.
© DR

Compte tenu des conditions actuelles de récolte des blés, il peut être intéressant de broyer et stocker les blés à la récolte avec des taux d'humidité assez élevés. Ce blé stocké sur l'exploitation pourra venir compléter les rations hivernales des bovins et en particulier des vaches laitières avec les maïs qui s'annoncent pauvres en grains ou en matière sèche en raison des semis tardifs. Il pourra être utilisé également pour compléter les rations au pâturage 2009.

Le blé inerté : qu’est-ce que c’est ?
Le blé inerté est récolté à maturité vers 85 % de matière sèche, broyé et mis au silo. Les germes respirent pendant quelques jours, c'est-à-dire consomment de l'oxygène et rejettent du gaz carbonique. L'inertage est simplement la technique de conservation sous atmosphère de gaz carbonique et non un ensilage.

Quel taux d'humidité ?
Il faut essayer de récolter avec des taux d'humidité les plus faibles possibles mais on peut récolter tout durant que le battage est possible. Il faudra seulement prendre plus de précautions au niveau du silo : plus le grain est humide, plus le silo doit être tassé et hermétique.
Les blés récoltés humides se conservent bien après broyage en silo hermétique. Même pour des blés récoltés à plus de 20 % d'humidité (jusqu'à 30 %), la conservation est bonne si le silo est bien hermétique. Par contre, le produit se prend en masse et la reprise est un peu plus compliquée.

Tassage
A partir de 18-20 % d'humi-dité, il est préférable de tasser un peu surtout si le broyage est grossier. Par contre, le tassage facilite la prise en masse. Au-delà de 20 %, tasser énergiquement au tracteur.

Confection du silo : comment faire ?
L'idéal est de recourir à la technique de conservation en “boudin” de plastique si on dispose d'un entrepreneur ou d'une Cuma équipés. Le coût de la prestation est d'environ 25 € pour 1.2 tonne de blé.
Si on confectionne un petit silo couloir (on peut s'aider de balles cubiques), il faut prévoir un avancement de 5 à 10 cm/j pour un blé sec, 30 à 40 cm/j pour un blé à plus de 20 % d'humidité (1 m3 de blé broyé contient 700 à 800 kg). Le broyage doit être ni trop grossier, ni trop fin.
- Un broyage grossier du grain est conseillé pour des vaches ou des génisses ; de plus, il permet d'augmenter le débit du broyeur.
⇨- Un cyclone en bout de broyeur permet de diminuer les poussières et les pertes.
⇨- Un m3 pèse environ 800 kg, prévoir un avancement minimum de 10cm par jour.
Par exemple : pour un troupeau de 40 vaches recevant 3 kg de blé par jour, la largeur du front d'attaque pour une hauteur de 70 cm sera de : (40 VL x 3 kg)/ (800 kg x 0,1 m x 0,7 m) = 2,10 m.
- Disposer une bâche neuve sur un endroit plat (terre ou ciment) qui devra ultérieurement envelopper tout le silo de grain broyé ; attention aux infiltrations d'eau.
⇨- L'étalement sur la bâche se fait à la pelle et le tassement au pied dans le cas de petites taupinières ou au godet.
⇨- Les deux morceaux de bâche doivent largement se recouvrir sur le dessus de la taupinière.
⇨- Recouvrir le tout d'une deuxième bâche.
⇨- Charger la totalité du silo avec 5 cm de sable.
⇨- Epandre un cordon de chaux autour du tas, qu'il faudra éventuellement renouveler pour faire fuir les rongeurs.

Attention aux mycotoxines
Le risque d'une présence excessive de mycotoxines est faible si le blé a été séché ou inerté rapidement après la récolte et le produit a bel aspect.
Si le délai entre récolte et inertage a été long ou si l'aspect du produit est douteux (présence ou odeur de moisi, le silo chauffe,…) ne pas distribuer ce blé (surtout aux jeunes et aux femelles en lactation ou en période de reproduction), ou bien faire réaliser au préalable une recherche de mycotoxines par un laboratoire.

Valeurs alimentaires : peu de modifications
Les blés en début de germination ou à faible PS gardent la même valeur alimentaire. Pour des germinations très avancées (germes de 10 cm), la valeur énergétique baisse légèrement (5 %), alors que la valeur azotée (PDIN) augmente de 20 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité