Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Blonde d’Aquitaine : 3e et 4e place à Paris pour l'Orne

Aurélie Bossuyt et François Lorin rentrent du Salon de l’agriculture à Paris avec une 3e et 4e place au concours de la race Blonde d’Aquitaine. Ils font partie des 32 meilleurs élevages de France.

© SB

llll Etre sélectionné au Salon de l’agriculture à Paris reste une étape importante. Ils étaient au total 32 élevages de tout l’hexagone à passer sur le ring, dont un tiers y participait pour la première fois. Ce n’est pas le cas de Aurélie Bossuyt et François Lorin installés en Gaec avec le papa de François, Guy, à Saint-Germain-des-Grois (Orne). Mais « Paris n’est pas un salon comme les autres » confie Aurélie à quelques minutes d’entrer en compétition. « C’est le salon parisien, le salon des consommateurs » ajoute-t-elle. Et comme le responsable national de la race l’a indiqué, « les consommateurs français ont un rôle dans la crise. Leur acte d’achat est important ». Ce que partage la jeune chef d’exploitation. « En venant ici, ils regarderont peut-être ce qu’ils auront dans leur assiette » espère-t-elle.

Pas assez fluide dans sa démarche
Sur le ring, la première section est à peine terminée que Fiona, avec le numéro 10, doit faire son entrée avec quatre autres femelles de plus de 5 ans. La concurrence est rude. Et pourtant les éleveurs bichonnent leurs animaux depuis plus de 6 mois. Fiona (Audeon x Auxonne) terminera à la 4e place. « Elle n’est pas assez fluide dans la démarche. C’est ce qui a joué » note Aurélie Bossuyt. Parfois, c’est le détail qui joue mais cette vache a d’ores et déjà amélioré son classement puisqu’en 2014, elle terminait 6e. Une satisfaction pour le couple d’éleveurs.


Une 3e place pour Gipsi
A peine revenu au box avec Fiona, François Lorin revient avec Gipsi (Dior x Roulette). En compétition avec deux autres vaches suitées de plus de 5 ans, elle arrive sur la dernière marche du podium. « Les filtres sont nombreux avant d’arriver ici » relativise Aurélie Bossuyt. Alors, ils repartent dans leur campagne ornaise avec deux plaques et avec l’envie de poursuivre les concours, la génétique, et la promotion de la race.
Le titre de championne de cette 53e édition du Salon a été décroché par Helette de la SCA Ariscaud et Fils, basé à Marans en Charente-Maritime.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité