Aller au contenu principal

Bois : ça buche chez AMR

La "Quadromat" a connu un beau succès lors des portes ouvertes, se déroulant chez Espace Émeraude à Courcy, non loin de Coutances. Une soixantaine de personnes étaient présentes.

© EC

Le bois est désormais une ressource énergétique connue et reconnue en Normandie. Reste que de l'arbre à la cheminée, cette matière première renouvelable doit subir pas mal de manipulations et transformations. Et
justement, c'est ici que le bât blesse dans tous les sens du terme. Outils vieillots, sans sécurité parfois, les nombreux accidents de tronçonneuses enregistrés par la MSA chaque année en sont malheureusement les témoins. Pourtant le bois permet aux exploitants agricoles
un complément de revenu non négligeable.


Matériel alsacien
Bien sûr les forêts en Manche ne sont pas légion. La ressource est avant tout basée sur les haies ou les arbres de talus. Quelques massifs ici et là méritent cependant de l'attention. On y trouve notamment des chênes au diamètre conséquent qui exigent donc un matériel adapté et performant. Chez AMR, basé à Elsenheim (Alsace), voici plus de quarante ans que les engins dédiés aux bûches sortent de
l'usine. Mais attention, ici c'est du lourd, du "fait pour durer". "Nos machines sont quasiment 100 % françaises hormis quelques composants allemands (moteurs électriques) ou britanniques" indique Fanny Zehner, en charge du marketing chez AMR.
Les visiteurs, parfois venus tôt le matin, ont surtout été attirés par la "Quadromat", scie semi-automatique. "Dotée d'un tambour à quatre logements, elle reçoit du bois fendu ou rond (section 240 mm, 1,20 m de longueur). Son système va couper le bois à la longueur désirée" souligne Fanny Zehner. Concrètement le tambour entraîne le morceau contre une lame carbure. "Le réglage de la longueur de coupe s'effectue sans outils ni démontage. On peut obtenir jusqu'à soixante coupes à la minute".
Parmi les autres matériels, citons les treuils forestiers sécurisés à double tambour ou encore un petit engin destiné à la fabrication du bois d'allumage, directement mis en sacs. Les fendeuses étaient évidemment de la partie, allant de 6 à 25 tonnes, fonctionnant avec un moteur ou une prise de force. Ajoutons à cet ensemble les scies circulaires et notre agriculteur se retrouvera à la tête de la parfaite panoplie du futur forestier.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
RIP
Un outil d’expression démocratique à l’épreuve de la réalité des élevages
Mercredi 16 septembre, JA 14 a invité les parlementaires du département chez Samuel Biderre, éleveur, entre autres, de veaux de…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité