Aller au contenu principal

Saint-Germain-de-Tallevende (14)
Bois énergie : allumer le feu

Lorsqu’il s’est installé à Saint-Germain-de-Tallevende (14), Lionel Gallier a investi dans les haies. L’agriculteur a ainsi replanté 1 kilomètre, en 2000. Mais, il n’a acquis une chaudière à bois déchiqueté qu’en 2007.

© VM

Dans son projet d’installation, la haie apparaît comme un véritable investissement pour Lionel Gallier. “A travers la bûche, on utilise la haie comme énergie depuis toujours. A mon installation, j’ai d’abord pensé à mon besoin de piquets de clôture. J’avais peu de châtaigniers”, explique l’agriculteur. Sur sa ferme herbagère d’une soixantaine d’hectares, il a replanté un total de deux kilomètres. Autres motivations de l’agriculteur : la protection des sols contre l’érosion et l’apport de matière organique. “C’est une question de biodiversité. Avec les haies, les campagnols peuvent, par exemple, se percher. Mes animaux trouvent aussi un abri dans les champs”, justifie Lionel Gallier.

Un potentiel à commercialiser
Finalement, l’éleveur a attendu 2007 avant de s’intéresser au bois déchiqueté. Il a profité d’un achat groupé de chaudière avec le GRAB. L’installation remplace notamment le gourmand chauffe-eau électrique de la salle de traite. L’exploitation a également chiffré sa ressource. Un plan de gestion des haies a été réalisé avec la Chambre d’agriculture. Résultat : le potentiel de production atteint 140 m3 par an. Dans le même temps, la consommation de la ferme se limite à 70 m3. Le potentiel de commercialisation de copeaux atteint donc 70 m3. Cette capacité peut intéresser les collectivités locales (lire sous-papier). “L’exploitation compte 9 kilomètres de haie sur 60 hectares. Cela représente 600 mètres de haie à gérer par an sur 15 ans. Le potentiel de production existe, mais il est parfois sous-estimé dans les fermes”, estime Eddy Cléran de la Chambre d’agriculture.

Quel prix de vente
Reste à définir le prix de vente. Le coût de production varie entre 50 et 65 € la tonne livrée. Dans ces chiffres, les avantages agro-environnementaux et d’abris pour les animaux ne sont pas comptabilisés. Il s’agit pourtant des principales motivations de Lionel Gallier lorsqu’il a replanté. “Et le temps passé n’est pas trop contraignant. C’est réparti sur une année. Je m’occupe de la haie dans les moments creux”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité