Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Bonnes pratiques phytosanitaires et protection des pollinisateurs

Pendant la période de floraison et de production d’exsudats, il est indispensable de créer des conditions favorables à la pollinisation par les abeilles et autres pollinisateurs qui contribuent de façon déterminante à l’élaboration du rendement. Toute intervention (insecticide mais aussi fongicide) peut avoir un impact.

© CA

Les abeilles butinent dans un rayon de 3 km autour de la ruche, il y en a forcément dans vos parcelles.

Utiliser les bons produits
Afin de préserver les abeilles, les traitements insecticides et/ou acaricides sont interdits, sur toutes les cultures visitées par les abeilles et autres insectes pollinisateurs, pendant les périodes de floraison et de production d’exsudats.
Par dérogation, seuls certains insecticides et acaricides peuvent être utilisés, en dehors de la présence des abeilles, s’ils ont fait l’objet d’une évaluation adaptée ayant conclu à un risque acceptable. Leur autorisation comporte alors la mention spécifique « emploi autorisé durant la floraison et/ou au cours des périodes de production d’exsudats, en dehors de la présence des abeilles ». Toutefois, un produit comportant cette mention ne signifie pas qu’il est inoffensif, mais il a une toxicité moindre. Il ne peut être appliqué qu’en absence d’abeilles sur la parcelle.

Ne pas faire de mélanges
Au cours des périodes de floraison et de production d’exsudats, il est interdit de mélanger les pyréthrinoïdes (insecticides) et des triazoles ou imidazoles (fongicides) ; il semble que l’effet cumulé des produits augmente leur toxicité. Dans ce même esprit il faut également respecter un minimum de 24 heures entre une application de pyréthrinoïdes et une application de triazole (ou d’imidazole), le produit de la famille des pyréthrinoïdes devant obligatoirement être appliqué en premier.

Attendre le bon moment pour traiter
Les températures inférieures à 13°C, la journée peu ensoleillée ou ventée sont des facteurs défavorables à la présence d’abeilles. Mieux vaut privilégier la fin de journée pour traiter, quand les abeilles sont rentrées à la ruche. Le produit sera partiellement résorbé le lendemain matin quand les abeilles reviendront sur les plantes.
Toutefois, les abeilles pouvant être actives du lever du jour au coucher du soleil, pensez à observer votre parcelle avant de traiter afin de vous assurer de l’absence d’abeilles dans la parcelle.
Attention, d’autres pollinisateurs sauvages peuvent être présents sur des plages horaires plus larges au cours de la journée et sous des températures plus fraîches (par exemple, les bourdons).
Il faut également éviter toute dérive lors des traitements phytosanitaires, d’autant plus si des ruches sont en place à proximité des parcelles en fleurs.
Pour plus d’informations sur des produits en particulier, renseignez-vous auprès de votre conseiller « Cultures ».
N’hésitez pas à échanger avec les apiculteurs qui travaillent autour de vous et adaptez vos pratiques en leur demandant conseil vis-à-vis des abeilles.

Pour une parcelle agricole :
- la floraison couvre toute la période allant de l’ouverture des premières fleurs à la chute des pétales des dernières fleurs

- la production d’exsudats couvre les périodes de sécrétion de miellat par les insectes sur les plantes et celles de production de nectar extrafloral par les plantes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité