Aller au contenu principal

Céréales
Brusque décrochage des cours

Depuis la mi-septembre, la hausse des prix des céréales marquait le pas. Le mercredi 19 septembre, les cotations sur le marché à terme européen (Euronext/Matif) ont brusquement décroché, celles du blé perdant en moyenne 13 euros à la tonne en une journée..

Les cours du blé standard  rendu Rouen sont passés en 24 heures de 262 à 250 euros.
Les cours du blé standard rendu Rouen sont passés en 24 heures de 262 à 250 euros.
© DR
Le marché physique a suivi cette tendance. Les cours du blé standard  rendu Rouen sont passés en 24 heures de 262 à 250 euros. L’orge est resté plus soutenue alors que le maïs reculait nettement à 230 euros, départ Eure et Loir. Cette  forte baisse s’exerce dans le vide car les vendeurs potentiels ne sont pas encore revenus au marché tandis que les utilisateurs, en particulier les fabricants d’aliments du bétail, passent à leur tour sur la réserve. Compte tenu de l’extrême volatilité du marché céréalier cette campagne, il est encore prématuré de conclure à un renversement de tendanceRécolte: le SCEES corrige l’ONIGC

La note du Scees du ministère de l’Agriculture sur la situation des grandes cultures au 1er septembre publiée vendredi 14 septembre, estime la récolte de blé tendre à 31,65 millions de tonnes soit 620 000 t de moins que l’estimation du conseil céréales de l’OniGC du 12 septembre. La différence provient de l’estimation de rendement : 66 qx/ha pour l’Office des grandes cultures et 65 qx/ha  pour le ministère de l’Agriculture. La région Ile de France serait la seule à enregistrer cette année une hausse de rendement (+ 3 qx/ha), les plus fortes baisses concernant l’Ouest avec - 12 qx en Bretagne et - 10 Qx dans les Pays de Loire et en Basse-Normandie.  Le recul serait de 4 qx/ha en Picardie et en Bourgogne. Le SCEES est aussi en retrait par rapport à l’OniGC pour l’orge, avec une estimation à 9,5 Mt contre 9,8 Mt, et très légèrement pour le blé dur avec 1,95 Mt contre 2,1 pour l’Office. En revanche, la prévision de récolte de maïs du SCEES est plus optimiste que celle de l’OniGC : 13 Mt contre 12,7.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité