Aller au contenu principal

Chambre d'Agriculture
budget 2008 bouclé

Les élus doivent faire autant, voire plus, avec moins de recettes. Pari difficile...

Régis Chevallier (au centre), “nous devons compenser la baisse des aides”.
Régis Chevallier (au centre), “nous devons compenser la baisse des aides”.
© E.C.
Pour l’agriculture ornaise, le budget de la Chambre représente au bas mot près de 8 millions d’euros. Régis Chevallier, président de la structure, analyse d’emblée, “il est constitué pour 44% en produits de la taxe “chambre”, 35% proviennent des prestations de services facturés et 15% de subventions”. A noter que ce budget est en baisse de 0,7%. L’élevage consomme 25% de l’enveloppe, le secteur “adaptation et compétitivité”, 22%. Une augmentation de la taxe de 1,7% a été votée à la majorité. Comment faire plus ? La chambre d’agriculture de l’Orne est à la croisée des chemins. La question est simple : Comment faire plus avec des aides nationales toujours en baisse ? L’occasion pour Régis Chevallier de remercier au passage Gérard Burel, président démissionnaire du conseil général, pour l’aide apportée et son attachement au secteur agricole. Concrètement, la session qui s’est tenu vendredi dernier, à Alençon, a abordé les problèmes budgétaires avec pragmatisme en étudiant le nouveau document intitulé “budget simplifié”. Désormais, plus de vote secteur par secteur mais l’étude d’un seul document et un vote global. Compenser la baisse des aides Les dirigeants de la Chambre veulent donc, coûte que coûte, garder leur capacité d’intervention d’où la nécessité de compenser la baisse des aides par des services marchands, “offre complète d’informations en ligne, conseils techniques en partenariat avec le CER”. Parmi les nouveaux axes travaillés : l’assistance aux collectivités en matière d’environnement mais aussi d’urbanisme. Un sujet sur lequel certains membres ont été prolixes malgré la charte d’aménagement du territoire en préparation. “Nous devons protéger l’espace agricole, grignoté peu à peu par l’urbanisme”. Dans un autre domaine, celui des phytosanitaires, d’autres membres demandent s’il est encore possible de faire du maïs. Autre dossier, l’aménagement et le développement local, “nous souhaitons que les dossiers concernant l’accompagnement agricole des ouvrages linéaires A 88, RN 12, La Ferté-Macé, soient soldés en 2008” Dernier point, les mesures agri-environnementales de la Sées et la Rouvre, “l’Agence de l’Eau met la barre très haute en la matière, nous craignons que peu d’agriculteurs entrent dans la démarche”. Concrètement, le budget 2008 s’établit à 7 820 K/euros, il a été voté à l’unanimité moins quatre abstentions. Enjeux PAC L’après-midi, elle, était consacrée aux nouveaux enjeux de la politique agricole commune. “Ce qui nous préoccupe ? La flambée des prix des matières végétales et son impact sur l’équilibre entre les filières”. Et d’enfoncer le clou, “si les filières végétales profitent de l’envolée des cours, les filières animales, elles, sont pénalisées. A moyen terme, on pourrait retrouver un rééquilibrage par le biais de co-produits bon marchés, issus des filières bio-carburants”. Par ailleurs, une autre question se pose pour les bassins d’élevage, va t-on assister à une reconversion dans les cultures ? Des éléments de réponses ont été apportés par Jean-Marie Meulle, directeur d’Agrial et Jean Hirschler, chargé d’études économiques à la Chambre d’Agriculture, notamment sur la réorientation des systèmes, les effets du découplage et de la variation des prix. Des paramètres qui concernent notamment la viande bovine et le lait.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
pressoir lycée agricole Sées
Au lycée de Sées, on presse beaucoup pour le plaisir
Le pressoir de Patrick Yvard s’installe chaque année durant deux mois et demie dans la cour de la cidrerie du lycée de Sées. Les…
Publicité