Aller au contenu principal
Font Size

Boulevard Détolle et rue de la Cavée
À Caen, des aménagements de voirie critiqués par la profession

Depuis quelques jours, des travaux sont effectués sur deux routes dans la métropole caennaise. Les voies sont rétrécies en largeur, ce qui met en difficulté les agriculteurs qui empruntent cet axe avec leurs engins agricoles pour relier le nord et le sud de Caen. La FDSEA du Calvados demande aux instances compétentes qu’une solution rapide soit trouvée.

© FDSEA 14

Des travaux d’aménagement de la voirie sont en cours à Caen. Sur le viaduc de la Cavée, la largeur des voies est provisoirement réduite pour instaurer une nouvelle piste cyclable. Même constat à quelques centaines de mètres sur le boulevard Détolle, où les 2x2 voies ont été abaissées à une largeur de 3,50 m. Si la 
communauté urbaine Caen-la-Mer, commanditaire des travaux, pensait profiter des vacances estivales, où il y a moins de personnes sur les routes, pour effectuer les aménagements, elle a cependant oublié les agriculteurs qui sillonnent régulièrement ces axes pour relier le nord et le sud de Caen. Lionel Vilault est agriculteur à Ifs, dans le sud de la commune. La moitié de ses terres se situe autour de son siège d’exploitation et l’autre moitié est à Saint-Contest, au nord de la métropole. Il a attaqué la moisson de son orge d’hiver lundi 13 juillet. Rejoindre ses parcelles, situées à Saint-Contest, n’a pas été une mince affaire. « Sur le viaduc de la Cavée, la machine mordait la ligne jaune. Malgré la voiture pilote située à l’avant qui faisait ralentir les voitures arrivant dans le sens inverse, cela reste extrêmement dangereux. Les automobilistes nous klaxonnaient et nous faisaient des appels de phares », déplore-t-il. Et la situation ne s’est pas arrangée en remontant vers le boulevard Détolle. La chaussée est réduite à 3,50 m de largeur grâce à des blocs de béton installés sur la voie. « Les moissonneuses font à minima 3,20 m de large. Les chauffeurs sont obligés de rouler au pas pour ne pas risquer d’abîmer les machines. Là encore on se prend des réflexions de la part des automobilistes.»

Seul axe nord-sud pour les agriculteurs

Face à la dangerosité qu’engendrent les travaux, Lionel Vilault a contacté la FDSEA du Calvados. D’autres agriculteurs, touchés par le même problème n’ont pas tardé à réagir. Le syndicat a alors contacté le Copa circulation, service de la Chambre d’agriculture du Calvados, afin de les alerter sur le problème. Le comité s’est ensuite chargé d’avertir Caen-la-Mer afin de faire bouger les choses. « Pour l’instant, je n’ai pas eu de retour. Il faut rapidement trouver une solution, car c’est la période où les engins agricoles circulent le plus », lance Stéphane Berzinger, directeur technique à la CA 14. Surtout qu’en cas d’accrochage, c’est l’agriculteur qui est en faute. « On s’est renseigné auprès de notre assureur, confie Lionel Vilault. Mais on ne peut pas emprunter un autre chemin. Le boulevard Détolle et le viaduc de la Cavée sont les seuls axes qui relient le nord et le sud de Caen et où les engins agricoles sont autorisés à circuler », conclut-il. Les agriculteurs et la FDSEA du Calvados s’associent pour réclamer une solution dans les plus brefs délais auprès des administrations compétentes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité