Aller au contenu principal

A Caen : les Foulards Noirs voient rouge

Moins nombreuses qu’à Bayeux mais tout autant déterminées... Samedi dernier, les femmes du collectif des Foulards Noirs s’étaient donné rendez-vous devant la mairie de Caen pour se faire entendre et comprendre.

© MM

llll “On a la corde autour du cou, il ne reste plus qu’à pousser la chaise”, annonce Ludivine Lemonnier, fondatrice du mouvement. Les Foulards Noirs se sont donné rendez-vous ce samedi 16 avril pour une marche collective. 35 femmes mobilisées cette fois contre 50 à Bayeux il y a quelques semaines. Ces femmes, agricultrices ou femmes d’agriculteurs, ont poussé la voix pendant une heure.

Revendications et objectifs
“Notre objectif est de communiquer un maximum sur les difficultés du monde agricole et sur les conséquences subies par toutes les familles qui sont derrière”, insiste Ludivine Lemonnier.
De plus en plus compliquée à surmonter, cette situation devient insoutenable. Objectif de la journée : une marche du “ras-le-bol” pour un maximum de résonnance dont un sujet au JT (Journal Télévisé) de 20 heures sur France 2. Même si elles étaient moins nombreuses, elles se sont fait entendre dans les rues de Guillaume Le Conquérant. “Nous essayons de faire comprendre aux gens que les familles d’agriculteurs vivent très mal cette situation. Ce n’est pas logique qu’un agriculteur ne puisse pas nourrir sa famille, il faut que la population s’en rende compte”.
Les Foulards Noirs revendiquent des prix raisonnables et en lien avec le travail fourni. “On n’exige pas de vacances mais juste un minimum.” Ce minimum : «ne pas travailler à perte. C’est un métier magnifique. Les gens se plaignent pour tout et n’importe quoi aujourd’hui. Nous voulons juste nous faire comprendre. On ne demande pas la lune”.
Le message est passé, tracteur rouge en tête, de la mairie de Caen au tribunal en passant par le théâtre, rue Saint-Pierre et rue Ecuyère pour revenir au point de départ. “On a fait ce qu’on voulait faire : se faire entendre et se faire comprendre».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Publicité