Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

A Caen : Phil Hogan mobilise contre lui

Plus de 150 agriculteurs ont défilé le 25 février, à l’initiative des Jeunes Agriculteurs et de la FRSEA de Normandie. Calmement, ils ont parcouru le centre-ville de l’agglomération caennaise. À l’occasion de la venue à Paris de Phil Hogan, commissaire européen, les exploitants normands ont crié leur colère.

© VM

“Jusqu’à présent, il n’a opposé aux demandes portées par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs qu’un mépris dédaigneux”, expliquent les deux syndicats agricoles. Certes, l’Union européenne a débloqué en septembre dernier une enveloppe d’aide destinée aux éleveurs. “Plus que des aides, la FRSEA et les JA réclament plus de transparence sur les prix”, indique Anne-Marie Denis, présidente de la FDSEA 61. “Nous avons besoin de mesures de soutiens aux marchés. Mais, Phil Hogan refuse d’entendre parler”, explique Patrice Lepainteur, président de la FDSEA du Calvados. Des propos complétés par son homologue de la Manche, Sébastien Amand : “le commissaire européen est présent aujourd’hui. Nous l’interpellons depuis des mois. Pour une fois, il a considéré qu’il était bon de venir voir. Nous appuyons donc nos représentants de la FNSEA. Phil Hogan n’a pas pris conscience que l’agriculture représentait un secteur économique à part entière, mais surtout à part des autres.  Les choix de la commission européenne ne correspondent pas aux problèmes quotidiens sur nos fermes. Il doit le comprendre. La mobilisation est importante”.

Simplification demandée
Au-delà des politiques européennes, les manifestants fustigent également les suréglementations françaises. La dernière crispation se nomme Surfaces Non Agricoles. Car la FRSEA et les Jeunes Agriculteurs réclament plus de compétitivité. Le gouvernement a cependant fait un geste au mois de février avec la baisse de 10 points de MSA. “Après calcul, cela correspond à 24 % de cotisations à payer en moins. C’est quand même une avancée. Je rappelle néanmoins qu’au départ, nous souhaitons des prix”, insiste Patrice Lepainteur.
Parallèlement aux manifestations, les syndicats mènent des actions plus discrètes et poursuivent les rencontres avec la grande distribution et les transformateurs. La charte des valeurs, créée par la FNPL, est étudiée lors de ces échanges.

Prudence tripartite...
Dans le même temps, le distributeur système U plaide pour une négociation tripartite. Sur cette idée, Sébastien Amand se montre prudent. “Deux parties ne doivent pas se mettre d’accord au détriment du monde agricole. Il faut donc de la prudence et de la réserve. Nous n’avons pas des enfants de chœur en face de nous. Actuellement, nous sommes victimes de phénomènes d’ententes entre les acteurs de la filière pour collecter les producteurs de lait. Il ne faudrait pas aussi des ententes entre la transformation et la distribution”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité