Aller au contenu principal

Camembert AOP : du champ à l’assiette

La fromagerie Gillot, basée à Saint-Hilaire-de-Briouze (61), produit du camembert et du pont-l’évêque en AOP. Elle fait partie des producteurs inscrits sur la Route des fromages AOP de Normandie, lancée en février dernier. Exceptionnellement, l’entreprise a ouvert ses portes pour comprendre comment le lait passe du champ à l’assiette.

© ED

La fromagerie Gillot transforme
100 000 litres de lait par jour. L’essentiel
est transformé en camembert
ou en pont l’évêque AOP. Depuis le
mois de février 2018, l’entreprise est
inscrite sur la carte de la Route des
fromages AOP de Normandie. Pour
des raisons sanitaires, la fromagerie
Gillot n’organise pas de visites guidées
pour le public. Cependant, un
magasin est présent sur le site où
les touristes peuvent venir acheter
leur pont l’évêque et leur camembert,
le plus célèbre des fromages
normands.

Camemberts moulés à la main
Le lait de la fromagerie Gillot est collecté
dans un rayon de 30 kilomètres
au sein des fermes respectant le cahier
des charges de l’AOP. « Pour le
pont l’évêque et le camembert, le
pourcentage de vaches Normandes
doit représenter 50% du cheptel »,
rappelle Emilie Fléchard, responsable
de la communication de la
laiterie. Dès son arrivée, de la présure
animale est incorporée au lait
pour le transformer en caillé solide.
Après cette première manipulation,
le moulage peut commencer. « Cette
étape est réalisée à la main par
l’homme et non par des machines.
Nous sommes très attachés à cette
tradition. Pour faire un camembert,
il faut cinq louches de caillé, chacune
espacée de quarante minutes.
Il est primordial de respecter le délai
pour que le fromage soit onctueux
et souple », précise Emilie Fléchard.
En quatre heures, un salarié produit
1 100 camemberts, soit l’équivalent
de 5 500 coups de louche.

2,2 litres de lait
pour un camembert
Une fois le moulage terminé, le camembert
est retourné et recouvert
d’une plaque métallique qui va exercer
une légère pression. Après avoir
été salés, les fromages sont affinés
dans un hâloir à une température
comprise entre 10 et 18 degrés. « Au
départ, une forte odeur de pomme se
dégage des camemberts », indique la
responsable de la communication de
la laiterie Gillot. Quatorze jours après
l’empressurage, les fromages sont
prêts à passer au conditionnement.
Mais tous ne seront pas commercialisés
sous le logo AOP. « Comme
le moulage est fait par l’homme,
certains camemberts ont quelques
petits défauts et ne peuvent pas être
vendus. Il faut que le poids soit respecté,
et qu’il n’y ait pas un côté plus
haut que l’autre », reprend Emilie
Fléchard. Pour faire un camembert
AOP de 240 grammes, 2,2 litres de
lait sont nécessaires.

Recréer du lien
Inaugurée lors de la dernière édition
du Salon de l’agriculture, la Route
des fromages AOP de Normandie est
un atout pour recréer du lien entre les
producteurs et les consommateurs.
« Depuis quelques mois, nous assistons
à un bashing du monde agricole
et du secteur agroalimentaire. Nous
ne sommes pas là pour intoxiquer la
population. Les français ont envie de
savoir ce qu’ils mangent. La Route
des fromages AOP de Normandie
permet de livrer une première réponse.
Nous souhaitons partager
avec le grand public nos métiers,
nos savoir-faire ainsi que nos pratiques
d’élevage raisonnées qui permettent
de répondre aux nouvelles
attentes sociétales », souligne Emilie
Fléchard. Elle conclut en rappelant
que la route « est d’abord une histoire
de partage et d’échanges et

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité