Aller au contenu principal
Font Size

Camping et vacances à la ferme : accueillir plutôt qu'agrandir

Alors que les juillettistes reprennent la route du travail, les professionnels espèrent un mois d'août plus convaincant. Malgré une fréquentation beaucoup moins bonne comparée à celle de 2016, les petites fermes ne perdent pas espoir quant à l'occupation touristique des " Campings à la ferme ".

© MM

" Bienvenue à la ferme de la Tournerie ", lance Gérard Cousin, le sourire jusqu'aux oreilles. Cet agriculteur a repris la ferme de son père en 1983. Anciennement en biologique, l'exploitant décide en 2004 d'intégrer le réseau " Bienvenue à la ferme " afin de créer une activité d'accueil sur son lieu de travail.

Exploitation et reconversion

" Je travaille sur une ferme qui est plutôt de taille moyenne. J'ai 45 vaches (Prim'Holstein et Montbéliarde) et je produis 300 tonnes de lait par an ", souligne l'exploitant. C'est en 2004 que l'agriculteur prend un nouveau tournant dans sa vie professionnelle. " Au lieu de m'agrandir, j'ai décidé de me diversifier en faisant de l'accueil." L'homme ouvre alors son exploitation aux classes (écoles, collèges et lycées), maisons de retraite, groupe en tous genres, etc. La ferme pédagogique est lancée et deux ans plus tard, en 2006, l'activité de camping à la ferme vient se greffer. " J'ai fait le contraire de ce qu'un agriculteur entreprend. On a tendance à se spécialiser dans un domaine, que ce soit en volaille, en céréales, etc. Certes, j'ai toujours mon activité lait, mais aujourd'hui, on croise tous les animaux que l'on peut retrouver dans les exploitations ", indique-t-il. Vaches, veaux, moutons, cochons, chevaux, ânes, canards, volaille de basse-cour et même paons... Un large panel d'espèces se découvre chez Gérard Cousin. " Je touche un peu à tout. Ça me plaît. Je produis du cidre, du jus de pomme, du pain, de la teurgoule, du bois, de l'énergie photovoltaïque et, bien sûr, du beurre et de la crème."

Camping et pédagogie

" C'est important pour les gens. Il y a un vrai besoin de se reconnecter à la vie réelle, au contact avec la terre et l'animal. De nos jours, on la voit par la télévision et les nouvelles technologies, surtout les enfants. Nous sommes là pour inculquer ces valeurs. C'est mon choix. J'aime ce contact avec les gens et les voir s'épanouir ici ", explique le producteur. Gérard Cousin a donc installé 6 emplacements de camping pouvant accueillir 20 personnes. Chaque année, ce sont 3 000 visiteurs (dont 1 700 enfants) qui viennent (re)découvrir la ferme, ses animaux et ses productions. L'investissement en temps et en charge de travail ne fait pas peur à l'agriculteur. " Au début, c'est à peine s'ils vous regardent. À la fin de la journée, beaucoup d'enfants me disent qu'ils souhaitent faire le même métier que moi. Ils m'embrassent, d'eux-mêmes, c'est quelque chose de très fort. Ça va droit au cœur ", s'émeut le passionné.

Événement et promotion

En plus de laisser les portes de sa ferme ouvertes au grand public, Gérard Cousin organise des soirées et divers événements afin de faire la promotion des denrées et de mettre en avant le beau métier d'agriculteur. " J'organise des soirées autour de thématiques, comme la gâche ou le beurre. On propose aussi des spectacles. C'est vraiment du multicarte. Avoir de bons retours fait énormément plaisir. C'est important car le métier est avant tout une passion. On essaye de montrer une image positive de l'agriculture : travailler avec les animaux, la terre, mais aussi expliquer et donner l'envie." Pour la troisième fois consécutive, l'éleveur organise le " Festival du lait " sur sa ferme. À l'ordre du jour : concert, concours de dessin, de traite de vache, fabrication du beurre et de crème, découverte de la ferme et ses animaux, structures gonflables, etc. Un événement pour les enfants et les plus grands, pour promouvoir le lait et plus largement, la profession. " On a eu 600 visiteurs l'année dernière. Le festival plaît énormément ". Rendez-vous le 30 août à la ferme de la Tournerie à Raids (50)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité