Aller au contenu principal
Font Size

CAP 50 : alliance avec la CAM

Les conseils d’administration de Cap 50 et de la Coopérative Agricole de Mayenne (CAM) ont décidé d’étudier le rapprochement de leurs activités porcines.

Ce rapprochement consisterait en la fusion de la coopérative Cap 50 avec la CAM pour
constituer un seul et unique groupement porcs. Ce projet s’inscrit également dans la
perspective de constitution d’une section autonome de la CAM au sein de Terrena et ouvre ainsi la porte à la création à terme, avec plus de 400 producteurs, d’un groupement porc leader sur les régions Pays de la Loire et
Normandie.

Dynamiser la production porcine régionale
La viande de porc est la première consommée en France. Ce projet se veut une véritable opportunité de redonner de la valeur à la filière porcine en lien avec les attentes des consommateurs. Il s’agit de construire un projet de proximité qui sécurise l’économie des producteurs pour leur permettre d’investir dans leurs élevages et d’innover au service de la qualité afin de développer la production dans notre région.
Basée près de Saint-Lô (Manche), CAP 50 est une coopérative porcine qui réalise un chiffre d’affaires de 65 millions d’Euros. La CAM est, une coopérative multi spécialisée basée à Laval. Elle réalise 300 millions de
chiffres d’affaires avec 4 000 adhérents. L’activité porcs de la CAM rassemble 120 producteurs pour une production de 200 000 porcs charcutiers par an. Elle partage les mêmes objectifs en matière de différenciation, et notamment de dé-médication L’activité porcs de Terrena regroupe quant à elle 180 éleveurs pour une production annuelle de 400 000 porcs charcutiers.

Partenariats filières
Les deux coopératives entendent développer les partenariats avec les différents acteurs de la filière et sur une logique territoriale, notamment au travers de nouvelles démarches. Dans ce cadre, Ils continueront d’approvisionner AIM.
Pour Vincent Varin, président de Cap 50 “A un moment où la filière porcine connaît des difficultés, ce projet ouvre une nouvelle perspective pour notre coopérative. Il a pour objectif de mutualiser les moyens, les hommes et les savoir-faire pour améliorer la compétitivité économique des éleveurs”. Pour Michel Foucher, président de la CAM , “nous avons toujours eu de bonnes relations avec Cap 50, nous avons des valeurs communes et nous partageons la même finalité qui est d’accompagner les éleveurs pour qu'ils vivent de leurs métiers et s'épanouissent dans leurs environnements en répondant aux attentes de la société et des consommateurs”.
Pour Ivan Leclerc, président du groupement porcs de la CAM, “le rapprochement CAP 50 CAM/ Terrena est une restructuration importante pour la filière porcine ligérienne et normande qui doit nous permettre de renforcer notre appui technique, économique
et sanitaire. Des évolutions indispensables pour répondre aux enjeux de demain et pour permettre de capter de la valeur ajoutée primordiale pour nos éleveurs”.
Le projet est soumis à l’avis de l’autorité de la concurrence ainsi que des représentants du personnel. Il sera présenté aux assemblées générales des deux coopératives pour décision finale avant la fin de l’année 2015.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité