Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CARENTAN - JUILLET 2006

Marché présenté en francs et euros. Lundi 17 juillet Présentation de 184 animaux (174 semaine dernière) dont 109 vaches, 14 boeufs, 16 génisses, 40 broutards, 5 taureaux. L’ ambiance commerciale est favorable en femelles et boeufs de viande dont les prix sont facilement maintenus voire en légère hausse dans celles de bonne qualité. Nouvelle baisse en taureaux et taurillons. Commerce calme en broutards et herbagères. Bœufs normands - Bons 19,40 F à 19,60, plus ordinaires 18,00 à 19,30, Génisses - Exceptionnelles normandes 20,00 à 20,50, Extra et lourdes 19,70 à 20,00, plus légères et plus ordinaires 18,80 à 19,60. Animaux de croisement : bons boeufs épais 21,50 à 22,50, plus ordinaires 20,50 à 21,40, génisses exceptionnelles 24,00 à 25,00, épaisses et lourdes 22,70 à 23,80, plus ordinaires 20,50 à 21,60. Vaches - Normandes Exceptionnelles 18,80 à 20,00 F, les bonnes normandes lourdes 19,50 à 19,70, celles de qualité convenable 18,70 à 19,40, plus légères et plus ordinaires 18,00 à 18,40 F. Les frisonnes ou holstein bonnes 18,10 à 18,40 F, moyennes, plus légères 17,50 à 18,00, très légères et médiocres 16,30 à 17,00 F. Fourniture 14,00 à 15,00. Fabrication 10,00 à 11,00 F. Taureaux - 14,50 à 17,00 F en bons. Taurillons - Bons 18,00 à 19,30 F, plus ordinaires 17,30 à 17,80 Francs. Herbage et embouche - Les herbagères bonnes, jeunes, volumineuses 5100 à 5700 Francs, soit 700 à 870 e, entre 2 âges d’un bon maigre, de gabarit moyen 4700 à 5000 F soit 710 à 760 e, légères, maigres ou âgées 3800 à 4500 F soit 580 à 680 e. Les broutards - mâles croisés 8-10 mois 4300 à 4800 F soit 660 à 730 e, un an 5000 à 5300 F soit 760 à 810 e, femelles croisées 8-10 mois 3400 à 3800 F soit 520 à 580 e, un an 3900 à 4300 soit 590 à 650 e, 18-20 mois 4800 à 6000 soit 730 à 910, mâles normands 8-10 mois 3700 à 4200 F soit 565 à 640 e, femelles normandes 8-10 mois 2900 à 3300 F soit 440 à 500 e , de 14-15 mois 3500 à 4000 soit 530 à 610 e. Cotations EUROPA en euros : Bœufs R : 3,34-3,14-3,00 (=), O : 2,97-2,90-2,69 (=), Génisses : R : 3,65-3,43-3,05 (=), O : 3,00-2,93-2,76 (=), Vaches R : 3,43-3,28-3,00 (= à +0,03), O : Normandes 2,97-2,90-2,75 (= à +0,02), O : Holstein 2,75-2,70-2,65 (=), P : 2,59-2,30-2,05 (=), A : 1,55-1,40 (=), Taureaux U : 2,56 (=), R : 2,34 (-0,03), O : 2,17 (-0,03), Taurillons : R : 3,06-2,91-2,76 (= à -0,05), O : 2,72-2,66-2,60 (=). Marché présenté en francs et euros. Lundi 3 juillet Présentation de 155 animaux (218 semaine dernière) dont 72 vaches, 16 boeufs, 13 génisses, 54 broutards, 5 taureaux et 1 veau. Commerce sensiblement stable dans la viande avec des prix juste maintenus voire en légère baisse en jeunes bovins. Stabilité en broutards et herbagères. Bœufs normands - Bons 19,40 F à 19,60, plus ordinaires 18,00 à 19,30, Génisses - Exceptionnelles normandes 20,00 à 20,50, Extra et lourdes 19,60 à 19,90, plus légères et plus ordinaires 18,80 à 19,50. Animaux de croisement : bons boeufs épais 21,50 à 22,50, plus ordinaires 20,50 à 21,40, génisses exceptionnelles 24,00 à 24,50, épaisses et lourdes 22,50 à 23,80, plus ordinaires 20,50 à 21,40. Vaches - Normandes Exceptionnelles 19,60 à 20,00 F, les bonnes normandes lourdes 19,30 à 19,50, celles de qualité convenable 18,60 à 19,20, plus légères et plus ordinaires 18,00 à 18,40 F. Les frisonnes ou holstein bonnes 18,10 à 18,40 F, moyennes, plus légères 17,50 à 18,00, très légères et médiocres 16,30 à 17,00 F. Fourniture 14,00 à 15,00. Fabrication 10,00 à 11,00 F. Taureaux - 15,00 à 17,30 F en bons. Taurillons - Bons 18,60 à 19,50 F, plus ordinaires 17,80 à 18,50 Francs. Herbage et embouche - Les herbagères bonnes, jeunes, volumineuses 5300 à 5900 Francs, soit 800 à 900 e, entre 2 âges d’un bon maigre, de gabarit moyen 4800 à 5200 F soit 730 à 790 e, légères, maigres ou âgées 3800 à 4700 F soit 580 à 715 e. Les broutards - mâles croisés 8-10 mois 4300 à 4800 F soit 660 à 730 e, un an 5000 à 5300 F soit 760 à 810 e, femelles croisées 8-10 mois 3400 à 3800 F soit 520 à 580 e, un an 3900 à 4300 soit 590 à 650 e, 18-20 mois 4800 à 6000 soit 730 à 910, mâles normands 8-10 mois 3700 à 4200 F soit 565 à 640 e, femelles normandes 8-10 mois 2900 à 3300 F soit 440 à 500 e , de 14-15 mois 3500 à 4000 soit 530 à 610 e. Cotations EUROPA en euros : Bœufs R : 3,34-3,14-3,00 (=), O : 2,97-2,90-2,69 (=), Génisses : R : 3,65-3,43-3,05 (=), O : 3,00-2,93-2,76 (=), Vaches R : 3,43-3,20-2,97 (=), O : Normandes 2,95-2,90-2,75 (=), O : Holstein 2,75-2,70-2,65(=), P : 2,59-2,35-2,10 (=), A : 1,55-1,40 (=), Taureaux U : 2,61 (=), R : 2,42 (=), O : 2,25 (=), Taurillons : R : 3,17-3,02-2,82 (-0,03), O : 2,76-2,70-2,64 (=).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité