Aller au contenu principal

Carottes : les producteurs veulent un plan

llll Lundi 29 avril, une quarantaine d’agriculteurs avait rendez-vous à 5h30 plage Verte, à Saint-Lô. Escortés par une dizaine de tracteurs, ils sont allés devant les grilles de la préfecture et y ont déversé carottes et poireaux, pour dénoncer la distorsion de concurrence et le manque de réactivité de l’État.

© FDSEA 50

La manifestation s’est déroulée dan s le calme, mais « les producteurs sont sous tension. On leur supprime la possibilité de produire. 50 % de la production de carottes normandes est menacée, sur 250 à 300 ha, car la France applique une baisse drastique des produits phytosanitaires », constate Jean-Luc Leblond, producteur à Barneville-Carteret. Le président de la section légumes à la FDSEA regrette que l’Italie et l’Espagne profitent d’une dérogation d’application de produits phytosanitaires, désormais interdits dans l’Hexagone. « On demande l’interdiction d’importer ces légumes. On veut que l’État applique la clause de sauvegarde et prenne ses responsabilités. »

Impatience
Depuis un an, les producteurs attendent un plan de transition de la production, à la suite du refus d’une nouvelle dérogation. Soit « un cahier des charges, rédigé sur cinq ans, qui garantit des indemnités pour l’allongement des rotations, l’introduction de céréales et de plantes assainissantes. L’objectif est de faire baisser la pression du nématode qui nous pose problème ». Plus de 70 producteurs, principalement sur la côte ouest du département, s’impatientent. « Rien ne bouge depuis un an. Les emblavements de carottes se décident dans quinze jours. Nous voulons de la lisibilité pour choisir si on arrête la production et on licencie ou bien si on continue avec un plan d’accompagnement. Il y a urgence. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité