Aller au contenu principal

Carrefour optimise les produits normands, l’Area veut faire confiance

Première du genre, la convention passée entre l’Area, la Chambre régionale d’agriculture de Normandie et Carrefour ouvre la voie à une mise en valeur des produits normands dans les enseignes locales et nationales. Elle se concrétisera lors des rencontres d’affaires le 6 mars 2020.

Il y a du monde vendredi 6 décembre à l’Abbaye aux Dames pour la signature de la convention entre l’enseigne Carrefour, l’Area* et la Chambre régionale d’agriculture de Normandie. Le président de Région Hervé Morin espère que la convention ne sera pas « un papier de chiffon » et voit une occasion de passer d’un « climat de défiance à un climat de confiance ».

 

Nouveaux dans les marques

Marc Duret, directeur des partenariats PME et monde agricole chez Carrefour rappelle que « la Normandie est largement représentée » chez Carrefour. Dans les produits Reflets de France, trois nouveaux : la véritable andouille de Vire, la teurgoule et le yaourt de Normandie. La marque Saveurs de Normandie accueille les œufs bio et le poisson de Normandie. Enfin, la coquille Saint-Jacques de Normandie entre dans la filière qualité Carrefour (FQC) « avec du volume et des ambitions ».

Aide à la conversion

L’agriculture biologique est l’autre axe de cette convention. Sa croissance « à deux chiffres » montre « une véritable appétence des consommateurs », relève Marc Duret. Pour appuyer les conversions, « moment de fragilité pour l’exploitation », Carrefour soutient 16 producteurs de jus de pomme, par le biais d’un partenariat avec les Celliers associés. La coopérative comprend des producteurs bretons et normands. Lydie Jourdan est venue témoigner avec son père Dominique. Producteurs de pommes à Lingèvres (14), en troisième année de conversion, ils bénéficient d’un accompagnement, avec un volume et un prix assurés. « Ça représente 7 à 8% de notre activité, indique Julien Santier, chef des ventes de la coopérative, soit 2,6 millions L de jus de pommes par an. « On va pouvoir investir dans du matériel neuf, de l’ordre de 4 millions d’euros sur trois ans. »

 

Mieux afficher la Normandie

Point de discorde, l’affichage dans les magasins. Hervé Morin s’en offusque avec le sourire, « j’ai vu des produits bretons dans le rayon normand du Carrefour de Deauville ». Un mécontentement relayé par Stéphane Malandain, représentant de l’Area, « les produits sont peu ou mal balisés ». Des remarques entendues du côté de Carrefour, « j’entends bien le point », rassure Marc Duret qui l’affirme : la communication et l’affichage font aussi partie de la convention. Le prochain rendez-vous sera vendredi 6 mars pour les rencontres d’affaires. Carrefour annonce déjà que les enseignes d’Ile-de-France seront présentes, « ce n’est pas du pipeau cette signature », sourit Benoît Cottenceau, directeur régional Carrefour Normandie.

*Area : Association régionale des entreprises agroalimentaires de Normandie

Questions à Jean-Marie Lenfant, membre du bureau de la Cran et président du pôle filières

>> Qu’est-ce que la convention va apporter concrètement ?

Elle permet de conforter les filières et d’afficher les produits normands dans les magasins. La condition est que Carrefour forme bien ses équipes pour que l’engagement signé soit effectif dans les rayons des magasins. Ce type de partenariat permet aux producteurs de varier leurs débouchés et éventuellement d’aller vers une production pour les circuits courts. Faire partie d’une marque de qualité, c’est une reconnaissance importante, tant pour les finances que pour le moral du producteur. C’est le rôle du pôle filières de la Cran de solidifier les filières grâce à ce type d’initiatives et d’aider les nouvelles à émerger. L’implication de la grande distribution, c’est positif.

>> Comment s’est fait le choix des produits ?

La matière première est normande. Les filières négocient le choix des produits, les volumes et les prix. Les produits choisis représentent une base, mais des efforts pourraient être faits dans la viande notamment. Je souligne que la Région est toujours moteur dans l’accompagnement des filières. Elle est présente dans la réflexion sur les abattoirs, sur le plan protéines.

>> Hervé Morin espère que ce n’est pas « un papier de chiffon », et vous ?

Il sera impératif de réaliser un bilan dans un an, à la fois qualitatif et quantitatif.

Propos recueillis par DB

Des engagements écrits

Par cette convention, l’AREA Normandie s’engage à :

- Être l’interface de représentation collective des entreprises alimentaires Normandes vis-à-vis de Carrefour,

- Proposer de nouvelles offres de références et de nouvelles entreprises agroalimentaires en adéquation avec les attentes de Carrefour,

- Informer et accompagner les entreprises dans une démarche de mise en relation et de suivi en lien avec Carrefour,

- Collaborer à la mise en place d’actions de promotion, relais de la marque Saveurs de Normandie

- Evaluer l’impact des actions conduites dans une démarche d’amélioration continue

- Soutenir les entreprises Normandes dans l’émergence de leurs innovations

-  Contribuer à l’émergence de filières agroalimentaires Normandes, en lien avec la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie, destinées à répondre aux attentes exprimées par le groupe Carrefour,

 

La Chambre régionale d’Agriculture de Normandie s’engage à :

- Transmettre à Carrefour Normandie une liste d’entreprises agricoles intéressées par un référencement dans l’enseigne et assurer le rôle d’interface,

- Evaluer la faisabilité de la mise en place de nouvelles filières agricoles Normandes pour répondre aux besoins du groupe Carrefour sur la base d’un cahier des charges comprenant un descriptif des produits souhaités et leurs quantités approximatives.

Carrefour s’engage à :

auprès des fournisseurs normands :

- Assurer un suivi régulier de l’assortiment normand (détention magasins, nombre de références),

- Développer l’offre de produits biologiques,

- Participer à l’émergence d’innovations « produits, supports … » en Normandie (notamment dans le cadre des Trophées de l’Agroalimentaire),

- Valoriser les produits Saveurs de Normandie en s’associant à des actions communes

auprès des clients :

- Mettre en avant les produits normands via une signalétique dédiée, valorisant prioritairement la marque régionale Saveurs de Normandie,

- Faire valoir les produits normands à travers des opérations de promotion

auprès des magasins :

- Inciter les différentes enseignes du groupe Carrefour à travailler avec leurs fournisseurs régionaux et locaux en leur donnant trimestriellement l’assortiment à date,

- organiser des défis entre les magasins lors des opérations régionales.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité