Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Agrial
CCLF pétille un peu plus...

Le site CCLF de Livarot est désormais doté de 15 nouvelles cuves à froid, soit 45 000 hectolitres de stockage supplémentaires. L’inauguration officielle s’est déroulée vendredi dernier.

Agrial investit un peu plus la filière cidricole. À Livarot, les nouvelles installations devraient permettre de traiter 5 000 tonnes de pommes supplémentaires par an. La capacité de stockage de la cidrerie atteint désormais 260 000 hectolitres. “Nous sommes ici sur l’un des sites industriels les plus importants de la CCLF. Nous allons progressivement monter en puissance et traiter 26 000 tonnes de pommes. Il s’agit d’un investissement de capacité, mais aussi pour l’amélioration de la qualité de nos produits”, précise Franck Malinowski, PDG de la CCLF et directeur de la branche boissons d’Agrial. L’autre effort financier concerne les presses de l’usine. Leur nombre passe de trois à cinq. Au total, 1,7 million d’euros a été déboursé sur le site en trois ans. Les aides régionales, françaises ou européennes représentent 25 % de cette somme.

Capacité d’investissement
de la coopération
Cet investissement intervient dans un contexte tendu. Le marché du cidre stagne. L’augmentation de capacité du site semble ainsi répondre davantage à une restructuration de la filière. “Nous avons cédé notre activité distillerie à l’usine du Père Magloire, à Pont-l’Evêque. En revanche, nous leur fournissons le cidre à distiller. C’est le deal”, explique Jean-Luc Duval, président de la branche Boissons d’Agrial.

Le groupe CCLF réalise aujourd’hui 150 millions d’euros de chiffres d’affaires et compte 12 sites industriels. “Je suis fier de voir le travail mené par CCLF. Je suis fier de voir le résultat des investissements de la coopération. Heureusement que les capitaux agricoles étaient là quand les autres sont partis”, rappelle Jean-Luc Duval. Des propos complétés par Jean-Marie Meulle, directeur général d’Agrial : “quand CCLF nous a tendu la main en 2004, c’était un pari sur l’avenir. Un rapport du Comité Economique et Social Régional doutait de la pérennité de la filière car elle disposait d’une faible capacité d’investissement. Nous avons su relever le défi entre 2004 et 2009. Sur le site de Livarot, l’investissement représente 4 millions d’euros”. Gilbert Herpe, président du groupe coopératif s’est également félicité du travail accompli par CCLF. Il en a profité pour insister sur le rôle des coopératives.

Restructuration de la filière
“Un groupe coopératif se doit aussi de coller à la production de son territoire. Adosser CCLF à Agrial a permis de rénover toute la filière. Je crois  que cet exemple peut aujourd’hui donner des pistes de réflexion à d’autres filières”.

CCLF en chiffres

- 150 millions d’euros de chiffre d’affaires.

- 12 sites industriels.

- 500 salariés dont 100 à Livarot.

- Les marques du groupe : Ecusson, Loïc Raison, Dujardin, et les marques distributeurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité