Aller au contenu principal

Julien Aubrée
Céréales et cheval font bon ménage

Passionné de chevaux, Julien a développé une activité de pension et d’élevage sur l'exploitation céréalière familiale située en périphérie caennaise.

© AD
D'une contrainte, il a voulu en faire un atout. Sa passion pour le cheval aidant, Julien Aubrée s'est installé sur la ferme céréalière familiale toute proche de l'agglomération caennaise en créant une activité de pension et d'élevage. La grande ville qui exerce sa pression foncière et d'autres désagréments pour les cultures, lui apporte en revanche le gros de sa clientèle. Aujourd'hui, quand on demande à Julien s'il est bien situé, il est quand même tenté d'utiliser un vieux réflexe normand. Oui et non. Mais plutôt oui. “Pour la clientèle, c'est idéal, mais il est difficile de trouver les surfaces pour développer l'activité. Il faut être très patient”.
Julien fonctionne à plein avec 50 chevaux et il est encore régulièrement sollicité par des propriétaires qui souhaitent confier leurs montures, dans une structure adaptée et proche de chez eux. Le jeune agriculteur a aussi une clientèle de parisiens, et deux clients en Guadeloupe. Des passionnés qui investissent dans l'élevage de quelques chevaux, quitte à ne venir les voir que quelques jours par an. “Avec la ferme céréalière à côté, je peux proposer des tarifs intéressants car je produis moi même l'essentiel des aliments et j'ai toute la paille dont j'ai besoin. C'est un plus” admet-il. Autre clé de la réussite, un site Internet bien tenu “troteval.com”. “Nous avons beaucoup de clients qui arrivent chez nous par ce biais”.
A 29 ans, Julien est installé depuis le premier janvier 2010, en reprenant 56 ha à l'exploitation familiale. Avec le départ à la retraite de ses parents en 2011, il reprend la ferme en entier et d'autres terres. Désormais il valorise un plus de 200 ha de cultures et de prairies. Entre son installation et son bac pro obtenu à la maison familiale et rurale de Maltot, il faisait des remplacements agricoles, les saisons de pomme de terre et de betterave et venait prêter main-forte à ses parents tous les étés pour les cultures.

Installation :  bien suivre son dossier
“Pour s'installer, il faut toujours bien suivre les dossiers, ne pas laisser les choses traîner et bien relancer les personnes qui sont chargées de l'étudier, conseille le jeune agriculteur. Pour moi, c'était relativement facile, vu que je prenais la suite de mes parents”.
Adhérent investi chez les Jeunes agriculteurs, Julien Aubrée est président de la section du canton de Bourguebus. Il participe chaque année à la Fête de la Terre sauf cette année. Il ne devra pas manquer l'appel de la finale nationale des meilleurs jeunes chevaux de la race (entre 4 et 7 ans) pour lequel il présentera ses champions, à Fontainebleau le 26 août.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

JA 61
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs est en place
Le nouveau bureau des Jeunes agriculteurs de l’Orne est en place depuis mardi 19 avril 2022, pour la mandature 2022-2024. L’…
De 50 t à 0 t de tourteau de colza
Il fut un temps où Damien Odienne achetait 50 tonnes de tourteau de colza par an pour compléter la ration de ses laitières et…
fromage AOP Normandie - Livarot
Fromage AOP de Normandie : il faut sauver le colonel
Depuis quelques années, le livarot peine à séduire les consommateurs. La production du fromage aux cinq laîches ne cesse de…
Région politique agricole
La Région Normandie dévoile sa politique agricole 2023-2027
Les élus prévoient un programme co-construit avec la profession, simplifié, d’un montant de 60 millions d’euros par an. Les…
Agrial, ferme grandeur nature
Agrial lance sa Ferme grandeur nature en juin
La coopérative agricole Agrial a décidé d’ouvrir les portes de deux fermes adhérentes lors d’un nouvel événement intitulé : Ferme…
« Dès que j’ai le dos tourné, les corbeaux reviennent »
Du Perche au bocage, en passant par la plaine, les corbeaux ravagent les parcelles de maïs. Si la DDT accorde le droit de les…
Publicité