Aller au contenu principal
Font Size

Elevage
Certification des Parentés Bovines : du nouveau dans le dispositif

La Certification des Parentés Bovines (CPB) a été mise en place pour fiabiliser la gestion de la reproduction et permettre la sélection des animaux en élevage et pour la monte publique. Le dispositif piloté par les EdE constitue en effet la base du Système Information Génétique Français.

Information de certification des filiations au dos d’un passeport.
Information de certification des filiations au dos d’un passeport.
© CA 61

Face à la restructuration des élevages et aux exigences de rentabilité accrue, l’évaluation des potentiels génétiques et la sélection d’animaux performants sont des outils cruciaux pour les éleveurs. Le dispositif CPB évolue et se simplifie pour fiabiliser les données enregistrées (poids de naissance, déclarations IA).Environ 7 500 éleveurs de bovins sur les 22 000 que compte la Normandie adhèrent au dispositif de la Certification des Parentés Bovines. Cette adhésion leur permet de gérer plus précisément la reproduction dans l’élevage, d’adhérer au service officiel du contrôle de performance (lait ou viande), d’évaluer le potentiel génétique et de sélectionner les meilleures productrices et ainsi d’améliorer la rentabilité de leur troupeau.Collectivement le fait de certifier la filiation d’un bovin c’est-à-dire de valider son identité, ses parents, sa race et d’enregistrer les conditions de sa naissance permet d’évaluer les reproducteurs de chaque race. Grace à ce suivi, les organismes de sélection de chaque race peuvent sélectionner les meilleurs taureaux et diffuser leur génétique par l’insémination animale et ainsi améliorer les performances de la race en général.

Le tour de poitrine pour évaluer le poids des veaux

La fiabilité des poids de naissance déclarés pour les veaux est primordiale pour que l’indexation des caractères de facilités de vêlage ou de naissance soit ensuite la plus précise possible.Depuis le 1er juillet 2013 les éleveurs adhérents à la CPB peuvent  donc, pour évaluer le poids des veaux naissants, utiliser une méthode complémentaire à la pesée : la mesure du tour de poitrine. Ils disposent maintenant de deux méthodes différentes pour indiquer le poids du veau : le tour de poitrine (en cm), ou la pesée du veau (en kg). Pour cette dernière ils doivent alors indiquer si le poids du veau est “pesé” ou “estimé”.


Enregistrer rapidement les inséminations par l’éleveur

Un des engagements des éleveurs adhérents au dispositif porte sur la tenue d’un registre de monte artificielle et naturelle. Celui-ci est constitué par les bulletins d’insémination artificielle pour l’IA, par l’enregistrement des saillies naturelles observées ou des périodes de mise au taureau des femelles. Il permet de valider les pères et mères déclarés lors des naissances.Cet engagement de suivi des évènements de reproduction est associé à un délai maximum pour notifier les inséminations et ce afin de fiabiliser les déclarations.Pour les inséminations réalisées par l’éleveur ce délai d’enregistrement de l’IA est fixé, depuis le 1er octobre 2013, à 120 jours. Au-delà de ce délai les filiations paternelles des veaux issus de ces IA ne sont plus certifiées automatiquement.

Prélèvement d’ADN

Pour pouvoir contrôler l’exactitude des déclarations de naissances des veaux chez les adhérents CPB, l’ADN des taureaux de monte naturelle (comme ceux d’IA) doit être prélevé et référencé.Prochainement les éleveurs pourront, sous certaines conditions, réaliser eux-mêmes le prélèvement ADN de leurs animaux.L’habilitation à prélever d’un éleveur adhérent CPB sera soumise à l’agrément de son service Identification. Et il ne pourra prélever que des animaux dont il est détenteur et dont au moins un des deux parents a un ADN référencé et uniquement dans des cas précis.Cela pourra faciliter, en cas de doute, la vérification de compatibilité d’un veau avec ses parents.Les éleveurs et le suivi rigoureux qu’ils assurent de leur troupeau sont au cœur de la réussite de la Certification des Parentés Bovines et du Dispositif Génétique. L’enregistrement au plus près des évènements (IA, monte, naissance …) est un gage de fiabilité des déclarations et consécutivement d’efficacité de la sélection des animaux reproducteurs.L’engagement dans le dispositif CPB, associé à l’insémination artificielle ou au contrôle des performances, apporte à l’éleveur un outil essentiel, pour améliorer le potentiel génétique de ses animaux et donc leur efficacité à produire en valorisant au mieux leur alimentation et en limitant les frais d’élevage.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Un pick-up lin conçu par la SAMA voit le jour
L’agriculture devra se passer du glyphosate d’ici quelques années. Les producteurs de lin anticipent l’arrêt de l’herbicide,…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
L’hétérogénéité des orges se confirme
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
Publicité