Aller au contenu principal

C'est ici que tout commence !

Un projet d'installation en agriculture fait appel à de nombreuses compétences et connaissances. Il faut pouvoir ordonner celles-ci dans le temps et éviter les obstacles, afin de concrétiser le projet dans les délais souhaités.

Le Point Accueil Installation informe les candidats, quel que soit l’état d’avancement de leur projet ou leur niveau d'étude.
Le Point Accueil Installation informe les candidats, quel que soit l’état d’avancement de leur projet ou leur niveau d'étude.
© CA NORMANDIE

Guider les futurs agriculteurs dans les premiers pas de leurs projets, c'est la mission qui a été confiée aux Points Accueil Installation (PAI), depuis déjà plusieurs années. En 2015, près de 876 porteurs de projets qui ont été accueillis par les 5 PAI Normands.

Une réponse personnalisée pour chaque projet

Le Point Accueil Installation informe les candidats, quel que soit l’état d’avancement de leur projet ou leur niveau d'étude. Il présente les démarches à suivre, ainsi que sur les personnes ou structures qui peuvent les accompagner, ou encore sur les dispositifs d'aides qui existent (installation, PCAE, investissements) et leurs conditions d’accès.Depuis plusieurs années, les projets et les profils des personnes reçues sont très diversifiés. Certains candidats souhaitent s'installer, ne disposent pas de diplôme agricole et se posent de nombreuses questions: quelle formation ? avec quel financement ? pour quelle durée ? De plus, selon les productions envisagées, les démarches et les réglementations varient (apiculture, transformation fromagère, maraichage…).Le PAI est justement là pour apporter une vision globale, mais aussi personnalisée, sur les futures étapes du projet, ainsi qu’un apport d'informations et références technico-économique qui permettent aux futurs agriculteurs de consolider leurs hypothèses.

12 à 14 mois pour s'installer

Un projet d'installation en agriculture s'inscrit dans un cadre réglementaire qui doit être décrypté pour éviter tout écueil. On parle généralement de 12 à 14 mois pour concrétiser  une installation, cela comprend notamment : le contrôle des structures, le Plan de Professionnalisation Personnalisé, les projets de statuts, l'étude économique-Plan d'Entreprise, l'analyse des réglementations entourant l'exploitation, la demande d'aide "installation des jeunes agriculteurs" …Le PAI informe et oriente les porteurs  de projets vers des dispositifs qui ont pour objectif de favoriser l'installation hors du cadre familial. Le Répertoire Départ Installation permet par exemple de trouver une exploitation ou de s'associer avec un tiers et le Contrat de Parrainage pour préparer la reprise d'exploitation ou tester une association.Les missions du PAI sont nombreuses : informer les futurs agriculteurs, les orienter vers les structures pouvant les accompagner, mettre à disposition des ressources documentaires. Compte tenu des enjeux personnels, professionnels et financiers d'une installation en agriculture, il est primordial de planifier et organiser votre projet d'installation 12 à 14 mois à l'avance, pour démarrer sur des bases solides.

Témoignage

Antoine Clouet : “ Passer par le PAI pour bien démarrer son projet "

Antoine Clouet s'installera en avril prochain sur la commune de Rânes (61). Il a fait appel au PAI, il y a un an, au démarrage de son projet.

Antoine, comment connaissiez-vous le PAI ?

J'ai entendu parler du PAI lors d'une intervention de la Chambre d'agriculture sur le thème de l'installation, en 2e année de BTS. Le conseiller nous avait présenté le rôle du PAI, ce qu'il pouvait nous apporter.

Et vous l'avez donc contacté au printemps 2015 ?

J'ai su qu'une exploitation devait se libérer, je suis allé rencontrer le cédant pour connaître les conditions de la reprise. Beaucoup de questions se sont posées : quelles sont les démarches à réaliser en premier, quelles personnes à contacter, serais-je prêt à m'installer à la date souhaitée par le cédant ? J'ai donc pris rendez-vous au PAI pour clarifier tout cela.

Ce rendez-vous a-t-il répondu à vos attentes ?

Après avoir fait le point sur les conditions d'accès aux aides à l'installation, nous avons évoqué la réglementation  entourant l'exploitation visée. Le conseiller du PAI m'a présenté l'ensemble des démarches à réaliser, qu'il a positionné sur un calendrier, avec en point de mire, la date de reprise envisagée. Je suis reparti rassuré et prêt à poursuivre  et finaliser mon projet d'installation.

Vous avez un projet d’installation, contactez le PAI de votre département

- Chambre d'Agriculture du Calvados : 02 31 70 25 09

- ADASEA de la Manche : 02 33 06 48 70

- Chambre d'Agriculture de l'Orne : 02 33 31 49 05

- Chambre d'Agriculture de l'Eure :02 32 28 73 84

- Chambre d'Agriculture de Seine-Maritime : 02 35 12 50 91

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité